Tendance

Marché de l’immobilier : quelles tendances en 2018 ?

2018-01-22T09:45:00+02:0022.01.2018, 


imprimer

En croissance ces dernières années, le secteur séduit de nombreux entrepreneurs souhaitant profiter de cette manne. Parmi les premiers servis : les franchises et groupements, qui multiplient les ouvertures.

Marché immobilier 2018
Crédits photo : mikecphoto / Shutterstock.com

Les derniers chiffres du marché immobilier ont de quoi laisser rêveurs bon nombre de professionnels du secteur. Est-ce pour autant le bon moment pour se lancer ? Les indicateurs vont-ils rester au vert ? Autant de questions à se poser avant de sauter le pas.


2017, nouvelle année record pour l’immobilier

L’an dernier encore, le marché a atteint des sommets, dépassant son précédent record établi en 2016 avec plus de 850 000 transactions enregistrées. Ce chiffre a de nouveau grimpé avec un nombre de transactions estimé à 950 000 en 2017. Soit une croissance de 11,7 % sur un an.

Il faut dire que le climat est favorable à l’achat immobilier : les taux d’intérêt sont restés bas, favorisant l’accès au crédit au plus grand nombre. « Cela fait deux ans que les taux et les prix sont tels qu’ils permettent à de nombreux Français d’acheter sans disposer nécessairement d’un apport personnel, créant un contexte extrêmement propice. Les ménages qui le peuvent en profitent », analyse Laurent Vimont, président de Century 21.

Les prix, quant à eux, sont restés relativement stables bien qu’en légère hausse. « Sur la France entière, le montant moyen d’une transaction établit un record historique : 208 759 euros en moyenne, avec 202 510 euros pour les appartements et 222 847 euros pour les maisons », détaille le président de Century 21. « A Paris, les 9 000 euros du mètre carré ont définitivement été franchis sur l’année. Le prix moyen s’établit ainsi à 9 084 euros en 2017. Il a pris 7,5 % sur un an et 43,5 % en dix ans !», ajoute le dirigeant.

Mais une telle croissance peut-elle durer ? « Après deux années exceptionnelles, il serait surprenant que 2018 en soit de même », craint ainsi Fabrice Abraham, directeur général de Guy Hoquet. Pourtant, les professionnels restent confiants : « Si les taux de crédit ne montrent pas de signes de remontée et si les prix de l’immobilier enregistrent une décélération dans la hausse sur la fin d’année 2017, l’optimisme est de mise », poursuit Fabrice Abraham. « L’année 2018 devrait être bonne, sans toutefois connaître les records qui caractérisent celle que nous venons de passer », conclut Laurent Vimont.


L’immobilier de luxe ne fait pas exception

Sur ce créneau, aussi, le climat a été favorable en 2017. « Le marché de l’immobilier de luxe suit la tendance générale du marché, sans surperformer », commente Laurent Demeure, président de Coldwell Banker France et Monaco. Son réseau a enregistré l’an passé un volume de vente en progression de 16,9 %, à 570 millions d’euros. Barnes, autre réseau immobilier spécialisé dans le luxe, vient lui aussi de dévoiler des chiffres en hausse (+10 %) avec un volume de vente à 2,35 milliards d’euros. Sotheby's International Realty France-Monaco, autre acteur de poids dans le secteur, a quant à lui vu son chiffre d’affaires grimper de 38 % pour s’établir à 698 millions d’euros en 2017.

« Le rebond commencé en 2015 avec le retour des acheteurs anglo-saxons après l’année noire de 2014 est bien visible, se réjouit Laurent Demeure. A surveiller toutefois, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), qui pourrait peser sur le marché en freinant le retour des impatriés n’ayant pas envie d’être imposés sur leur patrimoine immobilier mondial », avertit-il.

Jennifer Matas