Zoom secteur

2015, un bon cru pour l’immobilier… et 2016 ?

2016-01-08T07:49:00+02:0008.01.2016, mis à jour le 08.01.2016,


imprimer

Les transactions repartant à la hausse, les professionnels du secteur ont renoué avec l’optimisme et misent sur une nouvelle année placée sous de bons auspices… A condition que les taux d’intérêt ne repartent pas à la hausse.

Immobilier en 2016
Crédits photo : Shutterstock

Après une année 2014 compliquée, l’immobilier a retrouvé le chemin de la croissance en 2015 : trois des grands réseaux nationaux Century 21, Laforêt et Guy Hoquet ont respectivement enregistré une hausse du nombre de transactions de l’ordre de 16,2 %, 12 % et 11,5 % au cours des douze derniers mois. Une embellie qui pourrait se poursuivre en 2016 : deux professionnels sur trois se déclarent optimistes pour cette nouvelle année, selon un sondage CSA/Crédit Foncier publié le 4 janvier.

Une conjoncture propice

L’augmentation du nombre de transactions a été fortement soutenue par un climat favorable à l’accès à la propriété : les taux d’intérêt sont restés à un niveau relativement bas, autour de 2,2 % environ, les prix ont demeuré quasi stables et des mesures comme le prêt à taux zéro (PTZ) et le crédit d’impôt transition énergétique ont fait leur apparition. « C’est le moment ou jamais d’acheter : les prix sont attractifs et les banques jouent le jeu, ce qui a motivé les primo-accédants à se lancer. Ils constituent d’ailleurs une part importante de notre clientèle aujourd’hui », explique Peter Laurier, franchisé Era Immobilier à Calais. Pour faire face à cette hausse de l’activité, ce franchisé a même dû doubler ses effectifs, passant de 4 employés temps plein au lancement de l’agence en 2013 à 12 aujourd’hui, dont 9 négociateurs.


Des disparités régionales

La région parisienne et Paris, en particulier, sortent du lot, avec des ventes boostées par un recul du prix au mètre carré : -2,2 % intra-muros et -2,8 % de façon générale en Ile-de-France, selon les observations de Century 21. Dans le reste de la France, le marché de l’immobilier est également reparti à la hausse, sauf dans certaines régions, où les prix ont augmenté, à contresens de la tendance nationale : « Il s’agit de l’Alsace, l’Auvergne, la Basse-Normandie, la Bretagne, le Centre, le Limousin, les Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes et Rhône-Alpes », énumère un porte-parole du réseau Century 21. « Sur le terrain, on observe un fort engouement pour l’ancien », explique Peter Laurier. « Calais fait partie des villes les moins chères de France : malgré un léger tassement des prix, la demande reste importante ».


Quelles perspectives pour 2016 ?

« Une parenthèse qui pourrait bien ne pas se refermer tout de suite », résume-t-on du côté de chez Century 21. Un optimisme du réseau aux 850 agences immobilières alimenté par l’envie des Français de devenir propriétaires et une conjoncture toujours favorable. « La demande reste soutenue grâce, notamment, à la poussée des primo-accédants qui bénéficieront prochainement d’un prêt à taux zéro élargi et de taux d’intérêts toujours très bas », renchérit un responsable du réseau Laforêt, qui attend une hausse des transactions de l’ordre de 5 % en 2016. Mais les professionnels du secteur restent conscients que cette reprise demeure fortement corrélée à des facteurs externes. « Si les taux d’emprunt ne remontent pas sensiblement et si de nouvelles mesures fiscales ne viennent pas briser cette dynamique à peine amorcée », résume Century 21. Un avis partagé par le franchisé Era Immobilier : « Il faut bien entendu poursuivre nos efforts, mais 2016 devrait également être une bonne année ».

En 2016, les professionnels s’arment sur Internet

Cette nouvelle année devrait également jouer plus favorablement pour les réseaux immobiliers et agences indépendantes grâce au lancement de Bien’Ici, un site national regroupant toutes les annonces immobilières des professionnels et offrant toute une série de services spécifiques. Le but de cette initiative : contrer les sites tels que LeBonCoin et SeLoger.com, qui captent une part importante de la clientèle potentielle des agents immobiliers.
En 2016, près d’un million de biens devraient être disponibles sur ce site Internet, dont 900 000 dans l’ancien, principale cible de ces réseaux. Les premiers résultats sont attendus dès le deuxième semestre.

Jennifer Matas