Fêtes de fin d’année

Les épiceries fines et les cavistes dans le rush de Noël

2014-12-22T06:00:00+02:0022.12.2014, 


imprimer

Tous les ans, les fêtes de fin d'année sont une période fondamentale pour de nombreux commerçants. Pour certains, c'est la moitié du chiffre d'affaires annuel qui est en jeu. Après les jouets, les chocolats et les parfums, cette année focus sur l'épicerie fine et les cavistes.

Le Noël des cavistes
Crédits photo : Shutterstock

50 % du chiffre d’affaires annuel en deux mois

Dans ces ultimes jours de l’année civile, les fêtes occupent les esprits. Le sprint final dans la course aux cadeaux et aux préparatifs est lancé mais les consommateurs ne sont pas les seuls à avoir la tête dans le guidon. Certains commerçants jouent une part importante de leur chiffre d’affaires sur cette période. C’est le cas pour les magasins de jouets ainsi que les parfumeries, mais pas seulement. Les enseignes d’épicerie fine et les cavistes ne sont pas en reste. Leurs produits haut de gamme peuvent se retrouver aux pieds des sapins mais également sur les tables lors des repas. Un enjeu de taille. « Sur les deux derniers mois de l’année, je réalise 50 % de mon chiffre d’affaires annuel », révèle Florence Delaitre, franchisée Comtesse du Barry à Hyères (83). Même combat pour Fabien Vasset, installé à Bessines (79) aux portes de Niort, sous l’enseigne Les Domaines qui montent : « En ce qui me concerne, entre mi-novembre et janvier c’est un tiers du chiffre d’affaires ».


Adapter son rythme de travail

Autant dire qu’il ne faut pas se louper. Que ce soit chez Comtesse du Barry ou Les Domaines qui montent on s’adapte. « J’ouvre le magasin non-stop de 8h30 à 19h30 et également le dimanche », explique Florence Delaitre. Fabien Vasset augmente également son amplitude horaire. Mais en plus du métier de caviste, le concept de son enseigne repose également sur une partie restauration, avec des produits de traiteur. « Cela permet d’attirer du monde, des gens qui ne seraient pas forcément venus pour le vin et de leur proposer des produits d’épicerie. » Et de poursuivre : « En cette période, on peut privatiser les lieux pour une entreprise par exemple », assure-t-il. Question organisation, les deux chefs d’entreprise ne recrutent pas forcément en cette période. « Je fais appel à mon mari et les enfants », consent la franchisée varoise alors que son homologue niortais travaille exclusivement avec sa femme : « Dans l’état actuel, on se débrouille à deux. Nous n’avons pas encore franchi le cap pour embaucher plus. On verra dans les prochaines années. »


Au service des clients

Malgré un contexte économique moribond, les deux franchisés ne pâtissent pas de la conjoncture. Grâce à leurs spécialisations, ils se retrouvent face à une clientèle somme toute aisée et prête à consommer. Leurs emplacements respectifs ont ainsi été choisis en conséquence. Florence se situe dans une rue dédiée aux métiers de bouche alors que Fabien s’est installé dans l'un des beaux quartiers de sa ville, à proximité également d’un centre d’affaires. « On est sur du moyen/haut de gamme. Ce qui importe c’est la qualité du produit, de service et le lien de confiance instauré », affirme Fabien Vasset. Ainsi, ces derniers jours, des clients désiraient de la truffe et ce caviste de formation s’est démené pour satisfaire la demande. « L’important est la prise en charge du client. On se doit de s’adapter à ce qu’ils désirent et offrir quelque chose de personnaliser », abonde Florence Delaitre. S’ils peuvent répondre à des demandes ponctuelles, les deux franchisés travaillent également en amont pour satisfaire les envies des épicuriens. « En août et septembre, on aborde cette période avec le réseau, lors de conventions. Cela permet d’échanger avec les autres membres. On double les stocks, il ne faut pas se tromper sur ce que le consommateur va aimer », poursuit-elle.  Et si les carnets de commandes de deux commerçants sont déjà bien remplis, les derniers jours avant Noël et le Jour de l’An vont encore leur apporter un flot de clients. Histoire de lancer l’année 2015 sur de bons rails.

Articles similaires

Day by Day remet la vente en vrac au goût du jour

Le 05.11.2014
Créé en 2013, Day by Day a fait le choix d’un retour aux sources en proposant une épicerie "tout vrac". La fin d’année 2014 signe le lancement en franchise de ce jeune réseau. Portrait.


Notre Basse-cour, un réseau pour se mettre au vert en créant son entreprise à la campagne

Le 02.05.2014
Devenir éleveur de poules pondeuses en réseau est possible. Depuis 2005, six entrepreneurs ont rejoint Notre Basse-cour, opérant une reconversion totale.


J.-C. Collet (Cha Yuan) : « Des franchisés curieux et investis »

Le 16.07.2009
Confortée par la réussite d’un premier magasin lyonnais, l’enseigne Cha Yuan poursuit son développement en franchise. Rencontre avec Jean-Claude Collet, directeur général de Thé Cha Yuan International, au Salon des Entrepreneurs de Lyon 2009.

Voir aussi
Dans ce secteur
Abonnement au magazine Linéaires