Développement

Laiterie Gilbert veut implanter des fromageries dans tout l’Hexagone

2017-12-20T06:00:00+02:0020.12.2017, 


imprimer

Forte de six points de vente en propre en Rhône-Alpes, l’enseigne de produits laitiers grenobloise s’est lancée en 2014 en franchise. Elle entend mailler l’ensemble du territoire national au rythme de trois à cinq ouvertures par an.

Laiterie Gilbert recrute
Crédits photo : Droits réservés

« Si on excepte deux ou trois arrondissements parisiens et Bordeaux, il est possible d’implanter des magasins partout en France ». Christophe Chaperon, directeur général de Laiterie Gilbert en est persuadé : la fromagerie est le parent pauvre des commerces de bouche en France alors qu’il existe une forte demande de la part des consommateurs. Pourquoi une telle carence de boutiques ? « Les entrepreneurs motivés ne manquent pas mais la gestion d’un approvisionnement de qualité est un véritable écueil », estime-t-il.


Expansion régionale

Et c’est tout justement cet obstacle que l’enseigne propose de lever en livrant un concept de boutique clés en main et en prenant en charge les achats. Il faut dire que le réseau connaît le secteur sur le bout des doigts. Marque de produits laitiers fondée en 1948 à Grenoble, Laiterie Gilbert a développé un savoir-faire en fabrication de produits de crèmerie et en distribution de produits laitiers. L’entreprise familiale a été reprise en 2012 par Cédric Garna et Christophe Chaperon. Les deux associés ont développé leur activité de grossiste pour les commerces alimentaires ainsi que la restauration commerciale et collective. Parallèlement, ils ouvrent cinq magasins en Rhône-Alpes revendiquant les valeurs de respect de l’environnement et des savoir-faire locaux. En 2014, le duo juge l’enseigne prête à lancer un développement en franchise. « Nous sommes la première enseigne à proposer un concept de fromagerie », souligne-t-il.

La marque se veut jeune et dénuée du caractère pompeux de certaines boutiques de maîtres-fromagers. Derrière la vitrine blanche et bleue – une couleur choisie pour évoquer la fraîcheur des produits laitiers, un magasin sobre à la signalétique minimaliste. Les fromages sont exposés dans une vitrine en « service arrière ». Des produits d’épicerie et du vin, sélectionné par un œnologue maison, sont proposés en « service avant ». Glaces, confitures, beurre... L’enseigne veille aussi à étoffer régulièrement sa gamme avec des produits sourcés localement.


Croissance maîtrisée

En l’espace de trois ans, le réseau s’est enrichi de cinq points de vente. Cet automne, deux boutiques ont ouvert leurs portes dans la capitale, dans le 9e et le 14e arrondissements. Prudents, Cédric Garna et Christophe Chaperon privilégient une croissance maîtrisée avec l’ouverture de 3 à 5 boutiques par an, dans les grandes villes et villes moyennes.

Le profil d’un bon candidat ? « Nous ne recherchons pas une expertise mais des qualités basiques. Le porteur de projet doit être gourmand, honnête, propre et doté d’un minimum de bons sens car il devra gérer trois métiers : fromager, commerçant et entrepreneur, poursuit le directeur général. Le candidat doit disposer en outre d’un apport personnel de 30 000 à 50 000 euros pour un budget d’ouverture d’un maximum de 90 000 euros. Il n’y a pas de royalties à payer », précise Christophe Chaperon. Avec une unique contrainte : s’approvisionner en exclusivité au sein du réseau. En moyenne, un magasin réalise un chiffre d’affaires compris entre 110 000 à 250 000 euros.

Abonnement au magazine Linéaires