Nouveau concept

Comtesse du Barry, de Neuville et Nicolas s’allient pour créer une toute nouvelle enseigne

2018-12-21T06:00:00+02:0021.12.2018, 


imprimer

Le premier magasin « Savour Histoires de Gourmets » a ouvert ses portes le 18 décembre 2018 à Vichy. Le pari : réunir les savoir-faire de trois acteurs reconnus de l’épicerie fine, du vin et de la chocolaterie autour de la gastronomie de terroir.

Savour Histoires de Gourmets
Crédits photo : Droits réservés

Grande première dans le monde du retail, trois enseignes françaises au long cours – Comtesse du Barry pour l’offre salée, de Neuville pour l’offre sucrée et Nicolas pour les vins, champagnes et spiritueux – ont décidé d’unir leurs forces et de créer un concept-store tout à fait inédit autour de valeurs communes : le bien-vivre et la gastronomie française.


Associations et équité

Cette nouvelle enseigne, baptisée « Savour Histoires de Gourmets » est née dans l’esprit des dirigeants de Comtesse du Barry, de Neuville et Nicolas il y a environ dix-huit mois. « Nos trois enseignes ont l’habitude de se croiser dans l’univers du retail. A force d’échanger sur l’avenir du commerce de proximité en centre-ville, nous avons eu l’idée de construire ensemble une belle histoire », raconte Christophe Hermelin, du service communication de Nicolas. Après plusieurs mois de travaux pour définir le concept, se mettre d’accord sur les références présentées par chacun et trouver l’emplacement du premier magasin, celui-ci a été inauguré à Vichy le 18 décembre. Situé en plein centre-ville, il s’étend sur une surface de 120 mètres carrés dans laquelle les consommateurs retrouvent les trois marques de manière équitable. « Il n’y a pas d’un côté Nicolas, de l’autre de Neuville puis encore ailleurs Comtesse du Barry. Chaque marque a ramené son propre univers, mais finalement ces mondes vont parfaitement ensemble », explique Jérôme Fourest, directeur général de Comtesse du Barry. « Et puis, nous avons travaillé sur des associations de produits en suggérant par exemple des alliances mets-vins, chocolats-vins, etc. », complète Gilles Gommendy, directeur général du réseau de Neuville. Car c’est l’une des raisons de ce partenariat inédit : un client qui achète un foie gras chez Comtesse du Barry peut vouloir trouver le vin qui l’accompagnera le mieux et se rendre chez Nicolas avant de passer chez de Neuville pour trouver un dessert. Bref, ces trois enseignes sont complémentaires et c’est justement en jouant de cette complémentarité que veut se démarquer Savour Histoires de Gourmets. Le personnel – deux personnes à temps plein – a d’ailleurs été formé spécifiquement pour accompagner les clients dans leurs démarches et les conseiller. Il s’agit de salariés Nicolas, déjà au fait des nombreuses références de vins et spiritueux, qui ont dû se former également aux produits de Neuville et Comtesse du Barry afin de proposer aux clients les meilleures associations possible. Les investissements, quant à eux, sont répartis équitablement entre chaque enseigne. « Nous sommes copropriétaires du concept et avons tous les trois investi le même montant », assure Jérôme Fourest.


Nicolas, de Neuville et Comtesse du Barry
Crédits photo : Droits réservés
De gauche à droite Eudes Morgan, DG de Nicolas, Gilles Gommendy, DG de Neuville et Jérôme Fourest, DG de Comtesse du Barry.


Conquérir les villes de taille moyenne

Non seulement ce nouveau concept est censé permettre à chaque enseigne de gagner de nouveaux clients – un consommateur fidèle des vins Nicolas découvrira ainsi les chocolats de Neuville ou les terrines Comtesse du Barry et vice versa – mais il présente aussi un intérêt en termes de maillage du territoire. « Avec Savour Histoires de Gourmets, notre ambition est à la fois entrepreneuriale et sociétale. Derrière ces trois enseignes familiales fermement tournées vers le Made in France, il y a la volonté de défendre des territoires et de lutter contre la désertification des centres-villes de villes intermédiaires grâce au commerce de proximité », détaille le porte-parole de Nicolas. Le premier magasin a ouvert à Vichy, mais d’autres devraient suivre prochainement. « Nous visons principalement les centres-villes de localités de taille moyenne dans lesquels nous ne serions pas allés seuls, mais aussi des emplacements en centres commerciaux et pourquoi pas dans des lieux plus inédits pour nous, comme les gares », reprend le directeur général de l’enseigne de Neuville. Même son de cloche du côté de Comtesse du Barry : « Nous sommes trois enseignes qui partagent la même vision et le même besoin de mailler le territoire dans des villes où nous n’irions pas en solo, car cela représenterait trop de risques, explique Jérôme Fourest. En nous associant, nous sommes plus forts. »


Phase de test

Le premier magasin a ouvert le 18 décembre et, déjà, les premiers résultats semblent positifs. Bien entendu, il est encore trop tôt pour évaluer le succès ou non de ce concept. « Nous nous sommes fixés deux ans de test pour voir si cela fonctionne », déclare Gilles Gommendy. Durant cette période, de quatre à six nouveaux magasins Savour Histoires de Gourmets devraient sortir de terre, peut-être davantage, sachant qu’à terme il existerait un potentiel pour 80 boutiques Savour Histoires de Gourmets en France. Sans parler de l’international. Toutes ces ouvertures se feront-elles en franchise ? C’est en tout cas ce que les nombreuses années en tant que franchiseur de Comtesse du Barry et de Neuville pourraient laisser penser. « Le concept tel qu’il a été conçu semble être franchisable, mais nous devons encore le vérifier », assure de son côté Gilles Gommendy. « La franchise a été envisagée comme une possibilité, même si aucun modèle n’a été défini à ce jour », reconnaît Jérôme Fourest. Christophe Hermelin, de Nicolas, se montre quant à lui plus réservé sur la question. « La franchise n’est pas à l’ordre du jour pour l’instant. Nous devons d’abord valider le concept, le déployer, mesurer son succès puis devenir un véritable pôle d’attractivité pour d’autres commerces, et ainsi redynamiser des centres-villes. Nous préférons avancer étape par étape », conclut-il.

Jennifer Matas

Abonnement au magazine Linéaires