Entretien-réparation automobile

Rapid Pare-Brise, l’outsider qui gagne du terrain

2018-05-21T06:00:00+02:0021.05.2018, 


imprimer

Créée en 2013, cette jeune enseigne spécialisée dans l’entretien et le remplacement du vitrage automobile a un parcours à faire pâlir les acteurs historiques du marché. Fin 2017, après avoir inauguré 40 nouveaux centres en un an, le réseau comptabilisait 200 établissements pour un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros.

Franchise Rapid Pare-Brise
Crédits photo : Droits réservés

Rien ne prédestinait la naissance d’une nouvelle enseigne spécialisée dans le remplacement du vitrage automobile. Avec des acteurs historiques positionnés sur ce marché depuis plusieurs dizaines d’années et solidement ancrés comme Carglass – créé en 1986 et regroupant plus de 450 centres en France –, France Pare-Brise – fondé en 1993 et totalisant 320 unités – ou encore Mondial Pare-Brise – lancé en 1999, 285 centres aujourd’hui –, le pari semblait plutôt risqué.


Croissance continue depuis cinq ans

« Lorsque nous avons démarré en 2013, nous cherchions simplement une activité complémentaire à notre centre de lavage auto », explique David Vrel, co-fondateur de Rapid Pare-Brise. Comme son associé Louis Timur, il est alors franchisé d’un American Car Wash à Paris intra-muros et souhaite diversifier son chiffre d’affaires. Tous deux ont alors l’idée d’ajouter une activité de remplacement de pare-brise. « Très vite, nous nous sommes rendu compte que ce nouveau service fonctionnait même mieux que la station de lavage !» Les deux associés décident alors d’en faire une activité à part entière. Le concept Rapid Pare-Brise est né. En tant que franchisés, David Vrel et Louis Timur ont rapidement l’idée de modéliser leur concept pour le proposer à la quarantaine de franchisés de leur réseau American Car Wash, qui l’ont ajouté à leur activité de lavage. Coup sur coup, deux centres de formation sont créés à Paris puis à Lille afin de dispenser aux premiers franchisés leur instruction initiale. Depuis, des centres Rapid Pare-Brise au concept solo ont également ouvert un peu partout en France, principalement dans des zones commerciales, au point de réunir début 2018 plus de 200 points de vente pour un chiffre d’affaires fin 2017 de 70 millions d’euros. Sur un modèle sensiblement similaire à ce qu’a pu faire Carglass avec Total, Rapid Pare-Brise a par ailleurs signé un partenariat avec Avia pour ouvrir des centres accolés à des stations-service. Une dizaine d’établissements de ce type existe aujourd’hui.


Objectif 355 points de vente

Sur la seule année 2017, Rapid Pare-Brise a inauguré 40 centres en France. Et ce, alors que le marché semble plutôt stagner ces dernières années autour de 1,1 milliard d’euros de recettes. Avec un positionnement prix qui s’aligne peu ou prou sur celui de ses principaux concurrents, comment ce réseau a-t-il fait pour se démarquer si rapidement sur ce marché, avec si peu d’expérience ? « Grâce à notre sens de la relation commerciale », répond David Vrel. Contrairement à ses concurrents, le réseau a commencé par faire de la prospection commerciale sans passer nécessairement par des assurances, avec lesquelles il travaille toutefois aujourd’hui. « La loi Hamon nous a pas mal aidés, puisqu’elle a permis aux automobilistes de choisir eux-mêmes leurs prestataires alors qu’auparavant ils devaient passer par celui recommandé par leur assureur. »

Après avoir ouvert vite et partout, le réseau a toutefois dû se recentrer sur les établissements les plus performants. « Comme tout jeune réseau, nous avons fait des erreurs de casting et pendant un an et demi, nous avons procédé à une trentaine de fermetures d’unités qui ne collaient pas avec nos objectifs », explique David Vrel. Désormais, l’enseigne reprend son développement de plus belle et vise une soixantaine d’ouvertures en 2018 pour atteindre les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires. De quoi viser les 9 % de parts de marché contre 6,5 % aujourd’hui. « Il existe encore en France un potentiel pour 150 boutiques », assure le co-fondateur de Rapid Pare-Brise.


Premiers pas à l’international

L’enseigne teste en parallèle un développement à l’international, en commençant par la Belgique où elle compte quatre sites pilotes. « Cela prend du temps, notamment parce qu’il nous faut tester le marché, la relation avec les assureurs, etc. », explique David Vrel. Un site est également en test en Allemagne avant une éventuelle expansion dans le pays. Le Luxembourg fait aussi partie des cibles pour un probable développement international.

Chiffres clés

- Droit d’entrée : 10 000 euros
- Location de l’enseigne : 980 euros HT / mois
- Investissement global (hors pas-de-porte) : 80 000 euros
- Apport personnel minimum recommandé : 20 000 à 30 000 euros

Jennifer Matas