Distribution bio

Biomonde, le rival de Biocoop qui grandit

2018-01-10T08:00:00+02:0010.01.2018, 


imprimer

Troisième acteur des spécialistes du bio, le groupement coopératif de magasins bio vient d’ouvrir son 200ème point de vente en France. Et l’enseigne entend poursuivre sa croissance.

Biomonde gagne du terrain
Crédits photo : Droits réservés
25 ans après sa création, Biomonde continue de gagner du terrain.

Biomonde veut-elle faire aussi bien, voire mieux, que son homologue Biocoop ? L’enseigne spécialisée dans la distribution alimentaire bio, également organisée en coopérative, en prend en tout cas le chemin.


Accélération des ouvertures

Avec 200 magasins désormais ouverts en France et un chiffre d’affaires de 215 millions d’euros réalisé en 2017, Biomonde se hisse à la troisième place des spécialistes du bio derrière Biocoop (environ 460 points de vente pour un chiffre d’affaires 2016 de 950 millions d’euros) et La Vie Claire (bientôt 340 unités et des recettes s’élevant à 220 millions en 2016). Sur la seule année 2017, le réseau a inauguré 27 nouveaux points de vente dans l’Hexagone. « Force est de constater que le modèle attire, se félicite ainsi l’enseigne. Et il convainc aussi bien les porteurs de projet qui souhaitent ouvrir un commerce que les indépendants qui ne désirent plus être seuls et isolés. » Vingt-cinq ans après sa création, Biomonde entend poursuivre sur sa lancée et ouvrir des magasins supplémentaires en 2018. « De nombreux projets sont en cours pour des ouvertures sur toute la France, et de nouvelles affiliations de points de vente indépendants ou issus d’autres enseignes sont à prévoir cette année », précise la tête de réseau. Et pour piloter efficacement sa stratégie de développement, Biomonde a nommé un nouveau directeur général rompu à la distribution notamment bio (Auchan, Naturéo, E.Leclerc), Patrice Guegan, ainsi qu’un responsable de développement issu de l’alimentaire de proximité (Lidl, Leader Price, Carrefour City, etc.), Damien Acero.


Nouvelle identité

Un regain de développement que le réseau explique notamment par le succès de la refonte de son identité de marque. « En 2016, nous avons constitué un comité stratégique pour travailler sur une vision à long terme qui permettrait à des indépendants d’asseoir leur légitimité sur un marché en pleine évolution », explique à la Fédération du commerce associé Francis Jullien, le président de la coopérative. Après dix-huit mois de travail, Biomonde a dévoilé au public son nouveau concept lors du dernier salon international des professionnels du bio, Natexpo, en octobre 2017. Nouvelle façade, nouvel aménagement intérieur, nouvelle charte graphique troquant le jaune poussin contre des couleurs plus sobres et des matériaux nobles comme le bois… L’enseigne a totalement changé de look. « Notre positionnement s’inspire de nos valeurs fondatrices que sont la proximité, la solidarité mais aussi la liberté et l’indépendance », ajoute le dirigeant, également gérant d’un magasin à Amiens.


Le bio, un marché toujours porteur en 2018 ?

Si tous les indicateurs sont au vert avec un chiffre d’affaires global du secteur en croissance depuis plusieurs années et des enseignes qui renouvellent leur concept, ne peut-on craindre un essoufflement ? Non, prédisent les professionnels du secteur, confiants dans leur modèle. La plupart des enseignes prévoient notamment de continuer d’étendre leurs réseaux et d’augmenter leur chiffre d’affaires. Biocoop, leader des spécialistes du bio, devrait notamment dépasser le milliard d’euros de recettes et s’approcher des 500 points de vente. Mais la grande distribution veille au grain et multiplie les assauts sur le marché du bio. « Le business modèle du secteur n’est pas encore abouti et certains acteurs se servent du bio uniquement comme d’un outil marketing », avertissait aux Echos de la franchise David Borgel, consultant et coach franchise et réseaux. La prudence reste donc de mise.

Jennifer Matas

Abonnement au magazine Linéaires