Tendance

Pour les arts de la table, le renouveau passe par le web

2017-05-12T07:00:00+02:0012.05.2017, mis à jour le 12.05.2017,


imprimer

C'est un secteur en souffrance depuis quelques années, mais certains acteurs des arts de la table ont su relever les défis du temps et relancer leur économie. Voici comment.

Le marché des arts de la table
Crédits photo : Droits réservés
Nouveau concept de Culinarion.

Le marché des arts de la table traverse une période tumultueuse, avec une année 2016 parfois compliquée pour les enseignes qui se développent en réseau. Cela se traduit par une baisse globale du chiffre d’affaires de l’ordre de 2,5 % l’an passé, selon les données de la Confédération des arts de la table. Des difficultés qui poussent des acteurs historiques comme Guy Degrenne à revoir leurs stratégies. En 2016, l’enseigne a notamment annoncé arrêter ses activités déficitaires ainsi que la fermeture de ses points de vente non rentables et la simplification de ses gammes. Une nouvelle stratégie est à l’étude au sein des plus hautes sphères du groupe. Malgré une baisse des ventes de ses magasins (de l’ordre de 15 % en septembre dernier), le groupe peut se consoler avec une hausse de 20 % de son activité e-commerce.


Le web-to-store redonne le sourire

Si certaines enseignes connaissent des difficultés, notamment face à la concurrence de la grande distribution et des solderies, d’autres tirent leur épingle du jeu grâce à un développement web au cœur du projet. C’est le cas notamment d’Ambiance & Styles qui affiche une progression de 6 % en 2016. Une bonne santé qui se traduit par l’ouverture de douze nouvelles unités en 2017, en plus de la centaine de points de vente déjà installés sur le territoire. Parmi les ingrédients de la bonne santé de ce réseau, la mise au goût du jour du site Internet « qui nous a permis d’augmenter notre visibilité de 50 % », assure-t-on du côté de la direction. Si le site « est encore embryonnaire au niveau des ventes », le clic & collect (le client commande son produit en ligne et effectue le retrait, voire le paiement, en magasin) a été repensé et renforcé de sorte que les ventes par ce biais ont été multipliées par trois. Ambiance & Styles assume ainsi totalement sa stratégie web-to-store : le consommateur établit sa recherche sur Internet avant d’effectuer son achat en magasin.


Repenser les magasins

À l’instar d’Ambiance & Styles, Culinarion fait partie du groupement EK France et cette enseigne spécialisée dans la vente d’ustensiles et matériels culinaires pour les particuliers connaît également une période vertueuse. Sur sa trentaine de magasins, la marque a progressé de 3 % à périmètre comparable en 2016. L’an passé, une nouvelle stratégie a été mise en place avec « un nouveau concept de point de vente afin d’être plus proche des clients en transformant le magasin en lieu de rencontres, d’échanges et d’animation », expliquent les dirigeants. Comme son grand frère, Culinarion a modifié sa stratégie web avec un nouvel outil orienté, là aussi, sur le clic & collect. La visibilité a également été augmentée tout comme la simplification des commandes pour le client. En plus de la version web classique, une application mobile permet de passer commande depuis son téléphone ou sa tablette. Ainsi, au cœur d’un secteur qui pouvait paraître moribond, certains acteurs ont su répondre aux nouveaux défis du marché. La digitalisation de l’offre et une vision cross-canal semblent en mesure de relancer l’activité.