Zoom secteur

Ouvrir un magasin de bricolage en franchise : est-ce le bon moment ?

2018-05-28T06:00:00+02:0028.05.2018, 


imprimer

En hausse de 1,9 % en 2017, ce marché pèse 26 milliards d’euros et est largement dominé par les grandes surfaces spécialisées. Plusieurs grandes enseignes se livrent une guerre de parts de marché… et des candidats à la franchise. Récapitulatif.

Ouvrir un magasin de bricolage
Crédits photo : Shutterstock.com

Jardiner et bricoler font partie des activités préférées des Français, comme le révèle un sondage CSA réalisé en 2015 : 27 % des personnes interrogées citent le jardinage et le bricolage dans leurs passe-temps favoris, derrière le fait de passer du temps en famille, se promener et regarder la télévision. D’autant que ces dernières années, la tendance « do it yourself » et les émissions de home staging et de décoration ont boosté l’engouement des particuliers à l’égard du bricolage. Sans parler des hausses des transactions dans l’immobilier qui, par ricochet, impactent cette activité. Cela veut-il dire pour autant qu’un porteur de projet a intérêt à ouvrir un magasin dans ce secteur ?


Le bricolage, un marché qui progresse

Avec des recettes s’affichant à 26 milliards d’euros, le marché du bricolage s’impose en tête des plus gros secteurs de l’équipement du foyer. « En fort développement dans les années 1990-2000, le marché français du bricolage a ralenti suite à la crise de 2008, commentent Unibal* et la FMB**. L’activité a sensiblement redémarré en 2016, une reprise confirmée par la progression de 1,9 % observée en 2017. »


Evolution du marché du bricolage
Crédits photo : Capture d'écran Unibal/FMB


Les enseignes du secteur

Sur ce marché, ce sont les grandes surfaces spécialisées qui se taillent la part du lion puisque, ensemble, elles totalisent 77 % des ventes. Viennent ensuite les négoces (15 %), l’e-commerce et les acteurs traditionnels (chacun 3 %) puis les grandes surfaces alimentaires (2 %). Les spécialistes ont même enregistré une progression quasi conforme à la croissance globale du marché, de 1,1 % pour un chiffre d’affaires total de 19,8 milliards d’euros.

Voici le classement 2017 des plus grandes enseignes de bricolage (en parts de marché) :

  • 1. Leroy Merlin (34 %)
  • 2. Castorama (17 %)
  • 3. Brico Dépôt (14 %)
  • 4. Bricomarché (9 %)
  • 5. Mr Bricolage (7 %)
  • 6. Weldom (4 %)
  • 7 et 8 ex-aequo. Bricorama et Bricoman (3 %)

Ces enseignes appartiennent en réalité à quatre grands groupes : Adeo (Bricoman, Leroy Merlin, Weldom), Kingfisher (Brico Dépôt, Castorama), les Mousquetaires (Bricocash, Bricomarché, Bricorama) et le groupe Mr Bricolage (Le Club – Les Briconautes, Mr Bricolage).

Dans le monde du bricolage, les très gros magasins sont avantagés puisque, d’après Unibal et la FMB, plus le point de vente est grand, plus le chiffre d’affaires réalisé par mètre carré est important. Ainsi, les magasins de moins de 2 000 mètres carrés enregistrent en moyenne 1 241 euros de recettes par mètre carré contre 3 574 euros pour les surfaces de plus de 10 000 mètres carrés (1 623 euros/m² pour les emplacements entre 2 000 et 4 000 m² et 3 024 €/m² pour ceux compris entre 4 000 et 10 000 m²).


Un maillage déjà trop grand ?

Les leaders du secteur, qui se partagent le gros du gâteau, disposent déjà de réseaux denses avec une présence nationale forte, voire parfois à l’échelle européenne. Difficile pour un nouveau franchisé ou commerçant indépendant souhaitant intégrer un groupement de trouver sa place du côté des créations. D’autant que, pour la première fois depuis plus de vingt ans, le nombre de mètres carrés de surface de vente chez les spécialistes a chuté : 104 000 m² ont disparu entre 2016 et 2017. D’ailleurs, les principaux réseaux de franchise et les groupements cherchent davantage des repreneurs que des créateurs de nouvelles surfaces, à l’instar de l’Union des Mousquetaires qui a besoin d’une centaine de repreneurs pour des magasins Bricorama acquis récemment. De nouvelles ouvertures se produisent toutefois encore, notamment dans les centres-villes jusqu’alors plutôt dépourvus de surfaces spécialisées dans le bricolage.

*Union nationale des industriels du bricolage, du jardinage et de l’aménagement du logement
**Fédération des magasins de bricolage et de l’aménagement de la maison

Jennifer Matas