Chaînes spécialisées

InVivo, le géant des jardineries qui lorgne l’alimentation bio

2018-10-12T06:00:00+02:0012.10.2018, 


imprimer

Le propriétaire des enseignes Jardiland, Gamm Vert et Delbard s’apprête à racheter Bio&Co, un réseau de magasins bios implanté dans le sud-est de la France. Si l’opération est validée, elle ferait de cette enseigne le deuxième distributeur alimentaire du groupe, après Frais d’Ici.

InVivo Retail grandit
Crédits photo : Droits réservés
Yves Alexandre, associé fondateur de L-GAM et Thierry Blandinières, directeur général d’InVivo, lors de la finalisation de l'acquisition de Jardiland.

Le groupe coopératif InVivo veut développer sa division « retail ». Comment ? En misant sur la jardinerie, l’animalerie et l’alimentaire.


Premiers pas dans la distribution bio

Après le rachat de Jardiland et l’intégration de 90 magasins Gamm Vert en 2017, InVivo a renforcé sa position dans le monde de la jardinerie. Aujourd’hui, c’est son segment « distribution alimentaire » qu’il souhaite muscler avec l’acquisition de Bio&Co, un spécialiste du bio qui détient six magasins dans le sud-est de la France. Les deux parties sont entrées en négociation exclusive dans le courant du mois de septembre. L’opération devrait être finalisée une fois donnée l’approbation de l’Autorité de la concurrence. « L’acquisition de Bio&Co marque une étape importante de la consolidation de la dynamique d’InVivo dans la distribution alimentaire », a déclaré Frédéric Guyot, directeur général délégué de Gamm Vert. Le groupe coopératif se doterait en effet d’une deuxième enseigne alimentaire, avec Frais d’Ici née en 2014.


150 ouvertures de magasins d’ici 2025

InVivo Retail réunit actuellement 1 400 magasins en propre et en franchise, tous secteurs confondus. Son chiffre d’affaires – 2,27 milliards en 2017 – se concentre principalement autour de son activité « jardinerie ». De quoi assurer au groupe un certain leadership sur ce marché en Europe. Mais cela ne suffit pas : InVivo veut développer ses « accélérateurs de croissance que sont la distribution alimentaire et l’animalerie », dévoile Guillaume Darrasse, directeur général d’InVivo Retail. D’ici 2025, l’objectif est clair : atteindre les 2,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires se répartissant comme suit : 40 % pour la jardinerie, 30 % pour l’animalerie et 30 % pour l’alimentaire. Pour cette dernière branche, cela se traduit par l’ambition d’ouvrir 150 magasins Frais d’Ici et Bio&Co ces sept prochaines années. Si l’une est positionnée sur le bio, ces deux enseignes font la part belle aux fruits et légumes et, autant que possible, aux circuits courts. « Ces deux enseignes ont vocation à ouvrir adossées à des jardineries », précise Thierry Blandinières, directeur général d’InVivo.


Développer le digital

Autre cheval de bataille d’InVivo Retail : booster ses ventes en ligne. En 2017, elles ne représentent encore que 3 % des parts du marché du jardin, ce qui représente tout de même un marché pesant 228 millions d’euros, en hausse de 16 % sur un an. « Internet est aujourd’hui le circuit de distribution qui affiche la croissance la plus élevée », souligne le groupe coopératif. Ces prochaines années, InVivo entend « accélérer son modèle digital » et « multiplier par dix son chiffre d’affaires provenant d’internet d’ici 2025 ». Pour y parvenir, il devrait « construire une place de marché référente pour le secteur du jardin et travailler une stratégie omnicanale pour chaque enseigne », conclut InVivo.

Jennifer Matas