Services funéraires

Roc-Eclerc prend un nouveau départ ambitieux aux côtés de Daniel Abittan

2012-07-30T17:10:00+02:0030.07.2012, 


imprimer

Fort de 500 magasins, le réseau de conseillers funéraires Roc-Eclerc écrit une nouvelle page aux côtés du serial entrepreneur Daniel Abittan. Le réseau ambitionne de doubler son parc de magasins et souhaite relever l’image de la marque. Sandrine Thiéfine, présidente du groupe, revient sur le chemin parcouru.

Roc-Eclerc
Crédits photo : Droits Réservés
Intérieur du magasin Roc-Eclerc de Créteil, dans le Val-de-Marne.

Créé en 1985 par Michel Leclerc pour renverser le monopole communal sévissant alors dans le secteur des pompes funèbres, le réseau Roc-Eclerc est cédé en 2005 au fonds d’investissement Argos Soditic. Le réseau compte alors 250 magasins. Sept ans plus tard, le nombre de points de vente a doublé et atteint les 500 magasins en France. « Au cours de ces sept années, nous avons également mis en place une centrale d’achat, une campagne de communication nationale et plusieurs partenariats avec des banques et mutuelles », précise Sandrine Thiéfine, présidente du groupe depuis 2010.

Doubler le réseau

L’aventure Argos Soditic s’arrête en 2012, après sept ans de collaboration, et le serial entrepreneur Daniel Abittan reprend à son tour l’entreprise funéraire. « Daniel Abittan va nous apporter beaucoup, de par son expérience en matière de franchise*, explique Sandrine Thiéfine. Nous avons des objectifs assez ambitieux !» En effet, le groupe prévoit de doubler son réseau une fois encore, en continuant à se développer en France mais aussi en attaquant le marché européen. Roc-Eclerc vise les 200 magasins supplémentaires d’ici cinq ans, et un développement en master-franchise à horizon 2013-2014, en premier lieu dans les pays francophones, la Belgique et la Suisse.

Sandrine Thiéfine
Crédits photo : Droits Réservés
Sandrine Thiéfine, présidente du groupe Roc-Eclerc.

Relever l’image de marque

Ainsi, trois grandes directions, suivies depuis 2005, vont être maintenues par la direction de Roc-Eclerc et Daniel Abittan : « redynamiser le réseau, le développer, et relever notre image de marque », indique Sandrine Thiéfine. Pour cette dernière ambition, la présidente a notamment mis en place des enquêtes mystères. Plusieurs vagues par an sont organisées afin de détecter les soucis éventuels. « L’image que renvoient les conseillers funéraires est extrêmement importante, explique la présidente. C’est un métier où l’on n’a pas le droit à l’erreur, et un comportement maladroit peut pénaliser l’ensemble du réseau. Tout le monde ne peut pas traiter du deuil. » Le groupe Roc-Eclerc mise également sur son site internet, et a lancé il y a deux ans un site marchand permettant d’acheter plaques et fleurs sur le web. « Ce site est très important, car les familles se renseignent énormément sur Internet, constate Sandrine Thiéfine. De plus en plus de personnes prennent contact avec nous par ce biais, et nous les mettons automatiquement en relation avec l’affilié le plus proche. »


Recruter des professionnels

Les conseillers funéraires doivent être « gentils, rigoureux, disponibles et réactifs », poursuit Sandrine Thiéfine. Depuis plusieurs années, le groupe recrute de nombreux affiliés au sein des 3 500 entreprises de pompes funèbres en France déjà existantes. Les entreprises qui passent sous enseigne Roc-Eclerc augmentent leur chiffre d’affaire « de 25 à 30 % », estime la présidente. « La plupart d’entre eux renouvellent leur contrat, ils ne veulent pas perdre la marque, qui est très puissante », ajoute-t-elle. Cependant, la porte n’est pas fermée aux candidats qui ne sont pas issus du métier. Ceux-ci devront simplement suivre une formation habilitante au sein d’un centre agréé. D’une durée de 136 heures, elle est indispensable à l’exercice de la profession de conseiller funéraire.

Roc-Eclerc en bref
  • 145 millions d’euros de chiffre d’affaires
  • 500 magasins
  • Un positionnement sur les prix bas, incarné par le slogan historique « Parce que la vie est déjà assez chère »

__________
* Ndlr : Daniel Abittan est le fondateur des enseignes Photo Service, GrandOptical, Générale d'Optique et Acuitis.

Camille Prigent