Nouveau concept

Stéphane Plaza bouscule le secteur de l'immobilier

2016-04-18T08:06:00+02:0018.04.2016, mis à jour le 18.04.2016,


imprimer

Il est parmi les animateurs télé préférés des Français : Stéphane Plaza a lancé son propre réseau d'agences immobilières en mai 2015. Avec succès.

Franchise Stéphane Plaza Immobilier
Crédits photo : Droits réservés
Stéphane Plaza et Renan Lebas, premier franchisé de l'enseigne.

Un succès immédiat

En onze mois, le réseau Stéphane Plaza Immobilier a ouvert 64 agences et signé 36 autres projets. Un déploiement à vitesse grand V qui témoigne du succès de l’enseigne. « Nous sommes au-dessus de ce que l’on avait prévu. Mais on ne s’enflamme pas », prévient Cyril Parmentier, responsable développement. Et de préciser : « Nous sommes plus dans le recrutement que dans la recherche de développement. Nous faisons une sélection parmi les candidats, en fonction de leur personnalité et du profil de chacun. Nous misons sur trois axes forts : la bienveillance, la proximité et la transparence ». Ainsi, si la volonté est de s’installer dans des villes de plus de 40 000 habitants à « potentiel, avec une rotation de l’immobilier », ce sont avant tout les rencontres humaines qui dictent les ouvertures. Et, pour l’instant, les candidats sont nombreux à vouloir prendre part à cette aventure qui a débuté en mai 2015.


Cyril Parmentier, Stéphane Plaza Immobilier
Crédits photo : Droits réservés
Cyril Parmentier, Stéphane Plaza Immobilier.

Retrouver la confiance des clients

La notoriété télévisuelle de Stéphane Plaza est certainement l’une des explications de ce succès. Celui qui est aussi animateur sur M6 jouit d’une image positive et a permis de dépoussiérer l’image des agents immobiliers. C’est en tout cas ce que confirme Ronan Lebas, premier franchisé du réseau. Lui était dans le métier depuis 6 ans et possédait une agence sous une autre enseigne. Il a fait la bascule à fin de son contrat avec son ancien partenaire et également ouvert une nouvelle agence. Dès le début, il a fait confiance au présentateur de « Maison à Vendre ». « La marque apporte quelque chose de différent : la confiance dans les agents. Les gens viennent naturellement dans nos agences. Par le passé, la profession avait un déficit d’image », explique Ronan Lebas.


Une nouvelle approche du métier

Les images « sympas » du réseau et de son créateur ne suffisent cependant pas. Il faut un vrai savoir-faire, ainsi que de nouveaux outils pour répondre aux demandes de plus en plus précises de clients exigeants. « Au sein du réseau, nous disposons d’un outil spécifique, basé autour du home-staging. On peut créer des visites virtuelles, ce qui permet aux vendeurs et aux acheteurs de se projeter », détaille le franchisé implanté à la Motte Piquet et à Suffren, à Paris. Les agences ont également été pensées avec des espaces de convivialité : les rencontres avec le client ne sont pas autour d’un bureau mais dans un cadre plus détendu avec pour but « d’accompagner la personne dans la durée pour le projet d’une vie », assure Cyril Parmentier. Le responsable développement vise d’ailleurs la barre des 500 unités pour 2020 afin d’avoir un maillage complet du territoire. Avec, dans un premier temps, des installations uniquement en France métropolitaine, même si de nombreuses demandes parviennent d'outre-mer et de pays frontaliers francophones.


Limiter la dépendance à l’image de Stéphane Plaza

Stéphane Plaza Immobilier a le vent en poupe, mais dépend tout de même beaucoup du capital sympathie de son créateur. C’est l’une des réserves que l’on peut soulever à ce jour. Personnage public, il n’est pas à l’abri d’un « bad-buzz » qui pourrait entacher l’ensemble du groupe. « Nous sommes un réseau de partenaires, avec une forte volonté d’implantation locale. Nous voulons être une marque référence et que cela soit synonyme de qualité. Nos derniers spots TV montrent avant tout des agents sur le terrain, on ne voit Stéphane que trois secondes », révèle Cyril Parmentier. Tout l'enjeu de l'enseigne sera donc de réussir à faire ses preuves sur le terrain... en marge de la seule notoriété du présentateur.