Tendance

Bientôt la fin de l’euphorie pour le marché immobilier de luxe ?

2018-10-01T06:00:00+02:0001.10.2018, 


imprimer

En 2017 et 2018, le secteur a connu en France une croissance de 15 % et 17 %, profitant en priorité aux agences spécialisées dans les biens de prestige. Mais l’embellie devrait s’arrêter dès 2019.

Marché immobilier de luxe
Crédits photo : Shutterstock.com

Porté par des conditions d’accès au crédit favorables et des prix relativement stables, le marché immobilier affiche de belles performances ces dernières années. Il en va de même pour le segment du luxe, dont les taux de croissance se sont élevés à 15 % en 2017 et 17 % en 2018, selon les dernières prévisions révélées par Xerfi*. Une embellie qui a profité aux agences immobilières spécialisées dans les biens de prestige.


Le juteux marché du haut de gamme

L’enthousiasme retrouvé pour le marché français, après une période plus sombre consécutive aux attentats de 2015, ne s’est pas fait attendre. Paris, par exemple, est passé en 2016 de la cinquième ville préférée en matière d’immobilier de luxe à la deuxième place derrière New York, révèle une enquête publiée en janvier 2018 par le réseau Barnes International Realty. « Paris a été directement bénéficiaire de l’effet report consécutif au Brexit. L’élection d’Emmanuel Macron et la désignation de Paris pour les Jeux olympiques de 2024 expliquent aussi l’engouement de la population fortunée pour l’immobilier parisien », note Barnes. Mais c’est également le marché du Sud-Est, la célèbre French Riviera, qui attire les clients les plus aisés. Le marché des résidences secondaires a en effet connu un regain auprès de la clientèle internationale venue principalement d’Europe, de Russie et des Etats-Unis.


Ralentissement dès 2019

Comme toute phase de croissance forte, il y a un début et une fin. Pour le marché de l’immobilier de luxe, le ralentissement est attendu dès 2019. « Malgré les effets du Brexit – arrivées de cadres dirigeants, de traders et de banquiers d’affaires venus de la City –, l’activité va pourtant ralentir en raison d’une remontée progressive des taux des crédits immobiliers », notent les experts de Xerfi. Ces deux prochaines années, le secteur devrait ainsi croître de 5 % par an.


Un secteur qui reste porteur

Ces prévisions de croissance restent tout de même alléchantes pour les professionnels de l’immobilier de luxe. « Compte tenu de leur positionnement de niche, les professionnels spécialisés dans les biens de prestige se distinguent des agences traditionnelles en matière de qualité de service aux clients, communication et marketing, même si l’intermédiation entre vendeurs et acheteurs reste bien sûr la prestation de base, rappelle Xerfi. Ces spécialistes se limitent également à un plus petit nombre d’opérations mais plus rémunératrices quand les agences généralistes jouent, elles, la carte du volume. » En France, plusieurs réseaux existent et certains se développent en franchise comme Coldwell & Banker, John Taylor et Engel & Völkers.

*Etude Xerfi, « L’immobilier de luxe à l’horizon 2020 - Activité, marges et axes de développement des agences spécialisées », 28 août 2018.

Jennifer Matas