Etude XERFI : les grands acteurs de l’énergie restructurent le marché du photovoltaïque

2011-11-22T09:01:00+02:00

22.11.2011, 


imprimer

Intitulée « Les marchés de l’énergie solaire », l’étude publiée par le cabinet d’analyse Xerfi en juin dernier évoque les bouleversements du secteur et met en lumière les nouvelles opportunités pour les entreprises. Après une année 2011 caractérisée par de nombreux changements, les acteurs du photovoltaïque commencent à structurer leurs offres, à travers notamment le partenariat et le rachat d’entreprise.


Un secteur en difficulté

La chute du prix des équipements photovoltaïques aurait pu compenser la diminution des aides publiques. C’était sans compter sur le quota de 500 MW par an de capacités photovoltaïques fixé par l’Etat. Une baisse qui déstabilise le secteur au profit des énergies renouvelables, largement plébiscitées par plusieurs pays favorables à l’abandon du nucléaire. A titre d’exemple, la mise en place cette année d’une nouvelle règlementation thermique dans le bâtiment apparait comme une opportunité de croissance pour les acteurs du solaire thermique. Le secteur avait jusqu’ici du mal à s’imposer face à un marché du photovoltaïque favorisé.


De l’offre clé en main au partenariat

Afin de consolider le marché désormais fragilisé, les grands acteurs du photovoltaïque commencent à structurer leur offre. Solairedirect et Evasol proposent un concept « clé en mains » comprenant par exemple la prise en charge des démarches administratives, la mise en service et la maintenance des équipements, ou le financement et l’assurance contre la perte de production en cas de perte ou de vol. Dans un autre registre, un partenariat entre Evasol et Axa mis en place fin 2010 permet au client d’assurer pour dix ans son installation photovoltaïque.


Une autre solution : le rachat d’entreprise

Toujours dans une optique de restructuration, le rachat d’entreprise est un moyen plébiscité par les grands groupes énergétiques pour se faire une place sur le marché du photovoltaïque. En avril 2011, Total faisait l’acquisition de Sun Power, deuxième fabricant de cellules photovoltaïques aux Etats-Unis. Le groupe pourrait rapidement asseoir sa position sur le marché puisque 300 MW de puissance photovoltaïque seront mis en concurrence dans le cadre d’appels d’offres d’ici la fin de l’année 2011. Seuls les grands groupes énergétiques ou industriels comme Total, EDF, GDF Suez, Alstom, Areva, ou encore Saint-Gobain seront capables d’y répondre, compte tenu de l’importance de l’investissement. Ces opérations ont une double vocation : profiter des opportunités de croissance des énergies vertes, tout en préparant le possible déclin des énergies traditionnelles.


Les enjeux de 2012

Selon l’étude, « la France ne représentait que 3,4 % des capacités photovoltaïques installées en Europe en 2010, contre près de 60 % pour l’Allemagne, et 5,8 % de la surface totale des panneaux solaires thermiques, contre environ 40 % Outre-Rhin. » Le pays pourrait cependant connaître un réel changement lors de l’élection présidentielle de 2012. Une éventuelle percée du mouvement écologiste pourrait effectivement profiter au marché des énergies solaires, et contrebalancer le ralentissement de la croissance subi en 2011.


Leader en France des études économiques sectorielles, le groupe Xerfi présente un grand catalogue de travaux sur la France et l’international. Editeur indépendant, il apporte à ses clients un accès à la connaissance actualisée des évolutions sectorielles, des stratégies des acteurs économiques et de leur environnement.

Dernières actualités