Publi-interview franchisé

T. Carré (Weldom) : « Il n’y a pas de réussite possible sans l’appui d’un groupe »

2009-10-23T01:01:00+02:00

23.10.2009, 


imprimer

Ancien franchisé dans l’entretien de la voiture, Thierry Carré a créé son magasin de bricolage, décoration, jardinage à Fouesnant. Un nouveau secteur qui lui va comme un gant.

Construction du projet

CE QUI VOUS A MOTIVÉ À DEVENIR CRÉATEUR D’ENTREPRISE ?

J’ai commencé ma carrière en grande distribution en tant que chef de rayon puis chef de secteur. Je travaillais jusqu’à 80 heures par semaine sans recevoir aucune reconnaissance en retour. J’ai décidé de me mettre à mon compte pour me fixer mes propres objectifs, me remettre en cause tous les jours. J’ai lancé une franchise Norauto. Au bout de 10 ans, j’ai considéré que j’en avais fait le tour. J’ai donc créé une deuxième entreprise.


POURQUOI AVOIR CRÉÉ EN FRANCHISE ?

Il n’y a pas de réussite possible sans l’appui d’un groupe. L’enseigne accompagne le futur franchisé au moment du montage du projet. On gagne beaucoup de temps. Elle fournit des études de marché et détecte les sites porteurs. Le choix de l’emplacement est primordial en grande distribution. Par ailleurs, la centrale d’achat permet d’avoir des produits à des tarifs réduits. Et le groupe prend en charge le marketing et la communication.

Choix de l’enseigne

CE QUI VOUS A SÉDUIT CHEZ LE FRANCHISEUR ?

J’ai fait le tour des enseignes et j’ai accroché à la simplicité et la proximité de Weldom. Le mode de fonctionnement est très souple : on peut commander les produits à l’unité à un rythme hebdomadaire. On évite ainsi les problèmes de stockage et de trésorerie. C’est essentiel dans une activité saisonnière. En tant qu’ancien franchisé Norauto, je connaissais déjà le groupe Auchan auquel appartient Weldom. J’en partage les valeurs humaines.


COMMENT AVEZ-VOUS CONVAINCU LE FRANCHISEUR ?

Par mon expérience ! J’avais déjà connu le parcours du combattant de la création d’entreprise avec Norauto. Et j’avais appris en grande distribution à gérer une équipe et un budget. Quatre implantations dans le Grand Ouest étaient proposées. J’ai mis en avant ma connaissance de la région de Quimper pour demander le site de Fouesnant dont j’aime la qualité de vie. Autre argument de poids, un apport personnel conséquent grâce à la vente de mon magasin précédent.

Mon quotidien

COMMENT AVEZ-VOUS APPLIQUÉ LE SAVOIR-FAIRE DE L’ENSEIGNE ?

J’ai d’abord suivi une formation d’un mois au siège. Puis j’ai mis la théorie en pratique en tournant pendant trois mois dans différents magasins. Je suis passé par tous les postes : caisse, réception, comptabilité… Je me suis familiarisé avec toutes les difficultés qu’on peut rencontrer dans la gestion quotidienne du magasin.


BÉNÉFICES ET CONTRAINTES DE VOTRE NOUVELLE VIE DE FRANCHISÉ ?

Je travaille dans un climat beaucoup plus détendu qu’avant. Les clients viennent au magasin pour des achats plaisir. Le relationnel est très bon. Dans la réparation automobile, on peut se trouver en situation de conflit car le client est forcé de venir. Une amende, un sinistre et le voilà contraint à des dépenses non prévues. Aujourd’hui je suis passionné par ce que je fais même s’il faut consentir des sacrifices. Je travaille souvent le samedi voire le dimanche. Mais je ne suis pas tout seul. Ma femme, qui avant était infirmière, travaille désormais avec moi. Elle comprend mes soucis.

Dernières actualités