Publi-interview franchiseur

G. Vroninks (Tom&Co) : « Nos magasins sont des lieux de rencontre et de plaisir »

2013-10-28T08:35:00+02:00

28.10.2013, 


imprimer

Réseau d’animaleries créé en Belgique il y a 22 ans, Tom&Co se lance désormais en France. Gregory Vroninks, directeur du développement de l’enseigne, nous détaille le concept et explique sa stratégie.

Gregory Vroninks, Tom&Co
Crédits photo : Droits réservés
Gregory Vroninks, directeur du développement de Tom&Co

Quelle est l’originalité de votre concept ?

Tom&Co est un réseau d’animaleries qui propose des produits alimentaires, des accessoires et des services pour les animaux de compagnie et de la nature, comme les chiens, les chats, les rongeurs, mais aussi les oiseaux, les poissons, les reptiles et les animaux de basse-cour. Notre gamme compte plus de 6 500 produits. Nous avons notamment une grande variété de marques alimentaires : qualité intermédiaire, produits à haute digestibilité, marques nationales mais aussi trois marques de distributeur. Nous vendons également des animaux en magasin, et nos clients peuvent venir accompagnés de leur animal en boutique, ce qu’ils apprécient beaucoup.


Quelle est la valeur ajoutée du concept par rapport au marché ?

Notre concept est assez différenciant de par les nombreuses animations que nous organisons en point de vente, deux par mois en moyenne. Il peut s’agir de formations données par le spécialiste en aquariophilie du magasin, une toiletteuse ou un éleveur qui vient de l’extérieur parler de son métier. Nous organisons aussi des journées d’adoption en partenariat avec des refuges, des expositions, des concours de mode et même des ateliers photos avec les animaux. Chaque franchisé gère une équipe de 3 à 6 personnes, et peut mettre en place un salon de toilettage s’il le souhaite, qui prendra la forme d’un corner dans le magasin.
De plus, nous faisons partie du groupe international de distribution Delhaize, qui nous permet de disposer d’une centrale d’achat très performante avec des prix intéressants pour nos franchisés. Les commandes sont centralisées au siège où nous les gérons. Le franchisé s’occupe de son magasin, et nous du reste : logistique, achats, livraison… Il peut ainsi se focaliser sur son client et son chiffre d’affaires.


Quels sont les points-clés de votre accompagnement ?

Chacun de nos franchisés est formé pendant 6 semaines. Il fait d’abord le tour des différents services support de l’enseigne, puis il réalise un stage en magasin pour connaître les produits, se familiariser avec les procédures de Tom&Co, mais aussi avec le côté administratif du métier, notamment la prise de commandes. Le franchisé est suivi et évalué tout au long de sa formation pour lui fournir un soutien supplémentaire s’il en a besoin. En France, le stage se fera dans l’une de nos deux succursales. Nous avons également de nombreux modules de formation qui peuvent être suivis tout au long de l’exploitation du point de vente, par exemple en aquariophilie, sur les animaux vivants, de nouvelles gammes de nourriture, une technique de vente, ou encore les animaux de la nature. Ces formations sont accessibles aux franchisés comme à leurs employés, et nous tiennent beaucoup à cœur. Nous souhaitons apporter une vraie expertise à nos clients.
Au-delà de la formation, nous assistons le franchisé dans sa recherche de local, ses études de faisabilité, sa demande de financement. Nous avons par exemple noué des partenariats avec plusieurs sociétés de financement pour faciliter l’obtention de prêts. Nous l’aidons aussi à l’aménagement de son local, et un animateur de réseau l’accompagne en continu, notamment sur les problématiques commerciales et de gestion. Enfin, nous organisons différentes réunions entre les franchisés et le franchiseur, nationales et locales, pour faire remonter l’information et savoir ce qui fonctionne au sein de notre réseau, mais aussi ce qui reste à améliorer.

Quel bilan faites-vous de l’année écoulée et quelles sont vos perspectives de développement ?

Aujourd’hui, Tom&Co compte 136 magasins, dont deux au Luxembourg et deux en France, à Douai (59) et Bruay-la-Buissière (62). Ces deux succursales, ouvertes respectivement en 2011 et 2013, nous ont permis d’adapter l’assortiment, les prix, l’agencement et même la taille de certaines familles de produits au marché français, qui est différent du marché belge. Nous avons été accompagnés dans cette démarche par le cabinet de conseil Franchise Management et le cabinet d’avocats Bensoussan, qui nous ont permis de comprendre tous les enjeux de ce marché. Nous comptons ouvrir une troisième succursale en France, et sommes activement à la recherche de candidats à la franchise pour nous développer dans l’Hexagone. Notre objectif est d’arriver à une vitesse de croisière de 10 ouvertures par an. Mais nous souhaitons un développement qualitatif avant tout, alors nous ne sommes pas pressés. L’important pour nous est de trouver les bonnes personnes et les bons emplacements.
De plus, les franchisés qui nous rejoindront auront un concept entièrement rénové entre les mains, puisque nous l’avons revu entièrement en 2012. Ce nouvel agencement et ce nouveau code couleurs ont été pensés pour faire de nos magasins des lieux de rencontre et de plaisir, qui invitent à flâner et à découvrir de nouveaux produits. 


Quels profils recherchez-vous ?

Notre métier est avant tout un métier de commerce ! Les franchisés qui nous rejoignent doivent donc avoir le sens du commerce, l’envie de servir leurs clients et l’envie d’aller chercher du chiffre d’affaires. Il faut également avoir une affinité avec le monde animal, et être convaincu par le concept Tom&Co.

Devenir franchisé Tom&Co, combien ça coûte ?

L’investissement initial pour ouvrir un point de vente démarre à 300 000 euros, local inclus. Le prix peut varier en fonction de la taille du local, qui fait 600 m² de superficie en moyenne. L’apport personnel nécessaire est donc de 100 000 euros environ, soit 1/3 de l’investissement total.
Les droits d’entrée s’élèvent à 25 000 euros. La redevance d’exploitation est de 5 % du chiffre d’affaires, la redevance de communication de 1 %.

Dernières actualités