Publi-interview franchiseur

M.-A. Sommet (Speed Rabbit Pizza) : « Un concept orienté à 100 % vers la profitabilité des unités franchisées »

2012-06-27T08:26:00+02:00

27.06.2012, 


imprimer

A la tête de 130 points de vente de pizzas, Speed Rabbit Pizza ouvre 10 à 20 unités chaque année. Le réseau opère un suivi rapproché des ratios de ses franchisés pour optimiser la rentabilité de leurs restaurants. Les détails avec Marie-Agnès Sommet, la directrice générale de l’enseigne.


Crédits photo : Droits réservés
Marie-Agnès Sommet, directrice générale de Speed Rabbit Pizza.

Originalité du concept

Depuis 1991, Speed Rabbit Pizza propose des pizzas à emporter ainsi qu’un service de livraison. Une trentaine de points de vente comptent également des places assises pour la dégustation. Nous misons sur la qualité des produits : par exemple, les aliments utilisés ne contiennent pas d’OGM et nos pâtes sont réalisées à base de levain déshydraté. Depuis l’origine, notre enseigne s’est démarquée en offrant aux clients une pizza pour tout achat d’une pizza à emporter. Pour nous adapter aux goûts de tous les consommateurs, nous avons élaboré plusieurs types de pâtes : épaisse, fine et croustillante, ou fourrée au fromage. Notre gamme s’étend à une trentaine de pizzas, déclinées sur plusieurs formats : une, deux ou quatre personnes. A ce jour, nous sommes d’ailleurs la seule enseigne qui commercialise une pizza pour une personne seule.


Valeur ajoutée du concept

Notre concept est orienté à 100 % vers la profitabilité des unités franchisées. Notre compte d’exploitation est ainsi parfaitement taillé pour l’économie française : les coûts des matières premières sont négociés via notre centrale d’achat et l’ensemble de nos procédures sont travaillées pour optimiser la productivité des points de vente. Le franchisé bénéficie également d’un service marketing et d’un juriste prêts à répondre à ses demandes. Un logiciel informatique lui permet de suivre ses ratios et de suivre le taux de fidélisation de la clientèle. Nous communiquons régulièrement les données du réseau, afin qu’il puisse comparer ses résultats à ceux des autres membres. Grâce à notre site internet, nous apportons aux franchisés jusqu’à 20 % de commandes supplémentaires. Le site Internet respecte les zones d’exclusivité de chaque franchisé.


Une réunion marketing mensuelle

Tous les mois, nous organisons une réunion marketing au siège à laquelle une dizaine de franchisés élus participe, mais l’ensemble des membres du réseau est invité. « Nous y travaillons les nouveaux produits, les offres marketing et promotionnelles à venir », explique Marie-Agnès Sommet. « Ces réunions de travail régulières nous permettent non seulement de créer une vraie relation de travail en commun, mais également de prendre le pouls du réseau. »

Points-clés de l’accompagnement

Pour l'aider à s’installer, nous suivons le franchisé pendant tout le parcours, mais nous ne faisons rien à sa place car l’entrepreneur doit apprendre et s’investir dans son affaire. Nous l’accompagnons dans la recherche de locaux, nous l’aidons à réaliser son étude de marché local, nous lui fournissons les chiffres d’affaires de franchisés installés dans des zones similaires pour établir son compte d’exploitation prévisionnel et nous l’aidons à monter son dossier financier. Pour faciliter l’obtention de prêts, nous avons signé des accords cadres avec plusieurs banques. La formation initiale dure 4 semaines minimum pour des unités de vente à emporter et 6 semaines pour celles proposant la restauration assise. Dispensée au siège pour la théorie et dans notre unité pilote de Paris XVIe pour la pratique, elle comporte une série d’étapes que le franchisé doit impérativement valider. Pour l’aménagement du local, le franchisé travaille avec des entrepreneurs locaux, et nous effectuons un suivi hebdomadaire. La veille de l’ouverture, un de nos 3 superviseurs assiste le franchisé. Il s’assure la bonne exécution du concept et des process, surveille les prévisions de point mort de l’unité et conseille le franchisé pour l’atteindre le plus rapidement possible. Le superviseur reste une semaine après l’ouverture, assure ensuite un suivi quotidien des résultats du franchisé et retourne sur le point de vente au bout de 2 à 3 semaines pour mettre en place des animations commerciales et marketing. Les trois premiers mois, l’accompagnement reste très rapproché, puis l’adhérent reçoit une visite par trimestre, prévue ou inopinée.


Bilan de l’année écoulée et perspectives de développement

Parmi les événements les plus marquants de l’année, nous avons relooké notre concept pour le dynamiser. Nous sommes revenus sur les bases new-yorkaises du concept tout gardant notre petit côté décalé qui fait la spécificité de notre enseigne. Dans le même esprit, nous avons noué de mars à juin un partenariat avec la chaine de télévision MCM, pour créer 4 pizzas sous la marque éphémère « MCM Pizza ». Un film publicitaire a été monté pour cette opération qui nous a permis de bénéficier d’une visibilité importante au cinéma ainsi qu’à la télévision. Speed Rabbit Pizza ouvre entre 10 et 20 points de vente chaque année. En 2012, nous devrions ainsi compter une quinzaine de nouveaux restaurants. Nous nous développons dans des agglomérations de plus de 50 000 habitants, à travers des unités disposant d’une extraction et d’une surface minimum de 80 m². Nous nous implantons sur les grands axes entrants ou sortants des villes, pour plus de lisibilité et de visibilité. A terme, le réseau pourrait compter entre 500 et 700 points de vente, ce qui laisse de belles perspectives pour les créateurs d’entreprise. Sur les 130 unités de l’enseigne, 75 se situent en Ile-de-France. Nous sommes également bien implantés dans le Nord. Notre priorité s’oriente donc vers le Rhône-Alpes, l’Est et le Sud-Ouest.


Profils recherchés

Speed Rabbit Pizza recherche des entrepreneurs qui ont l’ambition de travailler pour eux-mêmes et de gagner de l’argent. Pour nous rejoindre, il faut être bon commerçant et commercial. Le franchisé doit s’impliquer au quotidien dans son point de vente et avoir un comportement exemplaire face à son équipe. Le management s’apprend, mais j’ai l’habitude de dire que l’entrepreneur doit avoir une machine à calculer en permanence allumée dans la tête. Il faut être déterminé et suivre les procédures pour les atteindre les objectifs fixés. Enfin, nous exigeons que le candidat dispose de 30 % de l’apport global en fonds propre, soit 60 000 euros.

Dernières actualités