Publi-interview franchisé

S. Castro (Soleil en tête) : « Je n’aurais jamais eu le même volume d’activité sans l’enseigne »

2011-02-16T08:41:00+02:00

16.02.2011, 


imprimer

Patron depuis 1998 dans le secteur animalier, Sébastien Castro, 39 ans, s'est tourné vers la franchise pour bénéficier du soutien d'un réseau. Convaincu du potentiel des énergies renouvelables, il a ouvert un point de vente Soleil en tête à Meyzieu (69).

Construction du projet

CE QUI VOUS A MOTIVÉ À DEVENIR CRÉATEUR D’ENTREPRISE ?

Après un BTS force de vente, je suis devenu commercial en « B to B » dans une PME de chaudronnerie. J’ai ensuite fait de la vente aux particuliers de cuisines et salles de bain, avant de lancer ma propre structure en 1998. Je voulais plus de liberté, même si cela implique plus de travail et de risques financiers. J’ai créé un réseau de trois points de vente proposant à la fois alimentation animale, toilettage et dressage. Arrivé à un stade critique de développement, j’ai cherché à m’associer mais je n’ai pas trouvé de partenaire. J’ai donc vendu l’entreprise en 2007.


POURQUOI AVOIR CRÉÉ EN FRANCHISE ?

La franchise présente tous les avantages de l’entrepreneuriat sans les inconvénients. Un patron doit savoir tout faire : vendre, acheter, entretenir les relations avec les banques… C’est très difficile dans le contexte actuel. Intégrer une enseigne permet d’exploiter un concept pensé en amont, de ne pas avoir à se préoccuper de la communication. Pas de perte de temps, on peut se consacrer à 100 % au développement. Je n’aurais jamais eu le même volume d’activité sans Soleil en tête.

Choix de l’enseigne

CE QUI VOUS A SÉDUIT CHEZ LE FRANCHISEUR ?

Je voulais m’orienter vers une activité en lien direct avec le particulier. J’ai choisi le secteur du solaire car les énergies fossiles sont dépassées. J’ai découvert l’enseigne Soleil en tête sur le salon de la franchise en 2007. J’ai apprécié leurs produits (chauffe-eau solaire, solaire photovoltaïque, mais aussi pompes à chaleur), leur concept, leurs méthodes de vente. La direction a aussi une vision très claire sur la stratégie à court, moyen et long terme pour créer une marque, un service.


COMMENT AVEZ-VOUS CONVAINCU LE FRANCHISEUR ?

En juin 2008, j’ai passé un entretien de recrutement. J’ai mis en avant mon ambition, mes méthodes de travail, mes résultats depuis 10 ans. J’ai également parlé du potentiel de la ville de Lyon pour laquelle j’avais fait un prévisionnel.

Quotidien du franchisé

COMMENT AVEZ-VOUS APPLIQUÉ LE SAVOIR-FAIRE DE L’ENSEIGNE ?

J’ai suivi une formation d’un mois au siège pour connaître les produits, le fonctionnement d’une agence. Puis, au démarrage, j’ai été accompagné par l’animateur réseau. Au cours du 1er trimestre, je suis retourné au siège pour parler des difficultés que je rencontrais et apprendre à les résoudre.


BÉNÉFICES ET CONTRAINTES DE VOTRE NOUVELLE VIE DE FRANCHISÉ ?

La clientèle étant composée de particuliers, nous sommes amenés à travailler le week-end, sur les foires, les salons. Les premiers mois, on ne compte évidemment pas ses heures. Mais les résultats sont largement au-delà de nos espérances. Nous avons dépassé de 30 % le prévisionnel du réseau sur les deux premières années d’activité. J’ai également appris un nouveau métier : gérer un planning de pause, une équipe de commerciaux non sédentaires, de techniciens… Je suis épaulé dans ces tâches par le réseau et la direction que je rencontre lors des conventions régionales et nationales.

Dernières actualités