Publi-interview franchisé

Y. Morel (Shiva) : « Shiva met tout en place pour que je puisse me concentrer sur mon métier »

2013-03-28T09:04:00+02:00

28.03.2013, 


imprimer

Yohann Morel, 36 ans, a ouvert son agence Shiva à Nîmes (30) en septembre 2011, et y emploie vingt intervenantes spécialisées en ménage et repassage chez les particuliers. Il envisage à terme la création de trois à quatre agences supplémentaires.

Yohann Morel
Crédits photo : DR
Yohann Morel

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Après une année d’armée à la suite de mes études en école de commerce à Tours (37), j’ai été directeur d’un McDonald’s durant huit ans. J’avais fait le tour de ma fonction, et je vivais mal le fait de dépendre d’un patron. Après une rupture conventionnelle avec mon employeur, j’ai pris le temps de réfléchir à mon devenir professionnel. J’ai passé quelques entretiens d’embauche auprès de plusieurs sociétés, mais mon expérience salariée chez le franchiseur McDonald’s me prédisposait à devenir mon propre chef, et plus particulièrement en tant que franchisé.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Je n’avais aucune idée précise en termes de secteurs d’activité, et j’ai procédé par élimination, pour finalement conserver celui de la restauration rapide, et celui du service à la personne. Ces deux activités m’intéressaient, et j’y retrouvais l’esprit du service à la clientèle. En outre, la multi-franchise y était possible. J’ai obtenu des entretiens avec plusieurs franchiseurs, et c’est alors que je me suis aperçu, en définitive, que le secteur de la restauration rapide ne répondait plus à mes attentes, alors que celui du service à la personne correspondait à mes envies de création.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Après comparaison entre plusieurs enseignes spécialistes du service à la personne, la franchise Shiva s’est nettement imposée à moi, pour trois raisons principales. Shiva, au travers de son appartenance au groupe Acadomia, bénéficie d’une réelle structure, organisée autour de services fonctionnels et opérationnels.  Par ailleurs, leur processus de sélection des franchisés est bien structuré, et met l’accent sur les êtres humains qui vont intégrer le réseau, et pas seulement sur les capacités financières des postulants à la franchise. Enfin, Shiva exige l’implantation d’agences avec vitrines, situées en cœur de ville, qui renforcent le concept de service de proximité.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

J’avais à mon actif une expérience forte chez McDonald’s, centrée sur le management d’équipes importantes. Pour l’avoir côtoyé durant huit ans, je connaissais bien le principe de la franchise, et les obligations qui en découlent. J’adhérais ainsi au système en connaissance de cause, et je partageais avec Shiva une même vision de la franchise.

Quotidien du franchisé

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

Durant la période de création de mon activité, j’ai bénéficié de l’aide financière de Pôle Emploi, grâce au dispositif NACRE, des conseils de la CCI de Nîmes, notamment à propos des démarches administratives, et surtout de Shiva, qui m’a efficacement accompagné après la signature du document d’information précontractuelle (DIP). La recherche du local de ma future agence s’est faite de concert avec l’enseigne, et j’ai facilement obtenu un financement grâce aux recommandations de mon franchiseur, assorties d’un business plan professionnel. J’ai ensuite scrupuleusement suivi les recommandations du guide d’agencement et d’ouverture d’agence, fourni par Shiva. La formation initiale d’un mois, au siège puis en succursale, s’est déroulée en deux parties distinctes : le recrutement et la gestion du personnel, puis les aspects commerciaux. J’ai apprécié la qualification des intervenants, le suivi pédagogique, et la vérification de nos savoir-faire nouvellement acquis. Pour l’ouverture de mon agence, un pack de communication a été établi en concertation avec l’enseigne, en fonction de mes attentes et des spécificités locales. Au-delà des affiches, maquettes de vitrine et flyers, un banquet d’inauguration a été organisé, et chacune des actions publi-promotionnelles a été servie par une communication claire et pertinente, élaborée sur-mesure. Rien ne m’a été imposé. Un accompagnement efficace au démarrage, puis au fur et à mesure de l’exploitation, m’a permis de débuter sereinement mon activité. Au quotidien, quelle que soit la question, Shiva est toujours là pour apporter des réponses rapides, soit par téléphone, soit par l’intermédiaire d’un animateur réseau qui vient me voir régulièrement, mais que je peux également solliciter ponctuellement. Cette précieuse aide de terrain est rare dans le secteur du service à la personne. Quant à notre outil informatique, développé pour l’activité commerciale, ainsi que le recrutement et la gestion des intervenantes, il est tout simplement phénoménal. Shiva met tout en place pour que je puisse me concentrer sur mon métier, et gère l’ensemble des tâches chronophages, notamment la paie et la gestion administrative. Deux fois l’an, un séminaire national permet à l’ensemble du réseau de se retrouver physiquement, et d’échanger en direct sur les bonnes pratiques.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Je suis un patron et un homme heureux. Je me plais énormément dans mon rôle de gérant, même si les heures de travail sont nombreuses, et l’implication très importante. Je dépasse les objectifs de ma seconde année d’activité, parce que j’ai toujours totalement adhéré à la stratégie développée par Shiva. Devenir franchisé nécessite deux à trois rencontres pour échanger avec son franchiseur, et engage ensuite sur le respect d’obligations envers l’enseigne. Il faut s’accorder le temps de la réflexion, car un vrai partenariat débute ensuite, et vous mettez alors dans leurs mains un peu de votre avenir professionnel.

Dernières actualités