Sandwich and Snack Show : la pizza, un fort potentiel de développement

2011-03-15T09:19:00+02:00

15.03.2011, 


imprimer

Placé sous le signe des nouvelles tendances en matière de restauration rapide, la 12ème édition du salon Sandwich and Snack Show a fait le point sur le marché du snacking et plus particulièrement de la pizza. Compte-rendu de conférences.


La pizza a le vent en poupe

Le marché de la pizza représente 4,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires hors circuits grandes et moyennes surfaces, soit 16 fois plus que le hamburger. A travers 21 000 points de vente dédiés à la vente de pizza (dont les pizzérias, camions, kiosques, livreurs, etc.), la France se place en seconde position derrière les Etats-Unis, en termes de consommation. Avec un tel potentiel, les concepts fleurissent sur le territoire, notamment par le bais de la franchise, à l’image de Pizza Sprint (60 points de vente dont plus de la moitié en franchise), Del Arte (1 000 sites dans le monde dont 91 franchises en France) ou encore Domino’s Pizza (182 restaurants dont 177 en franchise).


Un potentiel important

Pour Bernard Boutboul, directeur général du cabinet Gira conseil, le marché de la pizza va continuer à progresser. L’expert note une montée en gamme de la pizza, avec des offres de plus en plus innovantes entrainant la hausse des prix. Aujourd’hui, le ticket moyen est estimé entre 14 et 15,50 euros. Le développement de la vente de pizza à la part, également appelée « pizza slice », devrait aussi stimuler le secteur dans les années à venir.


S’imposer face à la concurrence

Pour s’imposer et gagner des parts de marché sur le marché de la pizza comme sur le marché du snacking en général, les enseignes misent sur l’originalité : promotions, livraison, commande sur internet, choix du packaging, etc. Ainsi, Julia Vernin, directrice marketing chez Nooï, enseigne spécialiste des pâtes à emporter, explique que l’innovation dans le packaging et le design du logo ont joué un rôle considérable pour se démarquer lors du lancement et s’adapter notamment à la cible des adolescents. En effet, Julia Vernin explique que le choix de la couleur violette pour l’identité visuelle leur a permis d’être « remarqués dans la rue ». D’autres, comme Pizza Sprint, font le choix de s’implanter dans des petites villes de 4 à 5 000 habitants, où la concurrence est moindre.

Dernières actualités