Immobilier : SAINT-FERDINAND s’ouvre à la franchise

2011-02-16T13:04:00+02:00

16.02.2011, 


imprimer

Créée en 1991, Saint-Ferdinand est une enseigne parisienne spécialisée dans la transaction immobilière « familiale et bourgeoise ». Fort de ses 5 agences ouvertes en propre, le groupe souhaite aujourd’hui élargir son réseau. Ainsi, le 10 février dernier, ses fondateurs Jean-Yves Chicheportiche et Stéphane Trihan ont présenté leur projet de s’ouvrir à la franchise, lors d’une conférence de presse.


Une offre ciblée

Le réseau de franchise Saint-Ferdinand sera réservé à la vente de logements familiaux et bourgeois, de 3 à 4 pièces, sur Paris et sa proche banlieue. Une offre exclusive sur le marché parisien, qui sera dirigée vers une clientèle aisée. De ce fait, les zones d’implantations privilégiées sont situées dans le quartier des Batignolles (17ème arrondissement), l’Ouest parisien, la rive gauche et le 15ème arrondissement. Des secteurs urbanisés, riches en commerces de proximité et denses en habitations bourgeoises. Les dirigeants souhaitent ainsi placer chaque agence « dans la vie des riverains », pour être plus proches d’eux et répondre au mieux à leurs besoins.


Une sélection de choix pour les candidats

L’enseigne a déjà établi le profil idéal pour le choix de ses futurs franchisés : « Nous comptons recruter des salariés de nos agences susceptibles d’être intéressés, ou des novices dans le secteur », annonce Stéphane Trihan. Ne seront sélectionnés que des candidats âgés entre 30 et 50 ans. Plus particulièrement, des cadres supérieurs désireux de changer de profession. Mais aussi, des femmes ayant mis leur carrière de côté pour élever leurs enfants et souhaitant revenir dans la vie active. Chez Saint-Ferdinand, le métier d’agent immobilier est considéré comme « un métier féminin » par excellence (les femmes représentent 80 % de l’effectif total des salariés du groupe). Il permet d’allier vie professionnelle et vie familiale.


Des royalties progressives

Ces critères ne suffiront pas pour rejoindre le réseau. Il faudra également pouvoir réunir le montant de l’investissement total, fixé entre 150 000 et 200 000 euros. Par ailleurs, les royalties représenteront 7 % du chiffre d’affaires, mais seront progressives les deux premières années (passant de 5 % à 6 %). Ce rabais est expliqué par le fait que la première année est souvent la plus difficile pour une entreprise qui démarre. Ainsi, l’objectif est de « faire arriver le franchisé à un point d’équilibre dans ses comptes, le plus rapidement possible », souligne Jean-Yves Chicheportiche.


Un suivi continu des franchisés

« Nous avons décidé de mettre en place une formation très terrain », explique Stéphane Trihan. Le futur franchisé sera formé pendant 4 à 5 mois au sein de l’une des 5 agences du groupe. Au-delà de cette formation initiale, suivra un encadrement continu durant la première année. Cela l’aidera, par exemple, à recruter son premier commercial. De plus, un manuel opératoire du concept sera mis à la disposition de chaque franchisé. Cet outil à vocation pédagogique l’accompagnera durant toute la durée de son contrat.


Des objectifs de développement soutenus

Le groupe Saint-Ferdinand ambitionne d’ouvrir 5 à 10 agences la première année, pour atteindre 50 à 60 unités au bout de la troisième et 100 à la cinquième. Afin d’optimiser ce développement, les futurs franchisés du réseau travailleront en synergie grâce à un logiciel de transaction immobilière commun. Un outil déjà utilisé par les 5 agences de l’enseigne. Les premières ouvertures en franchise sont prévues entre avril et mai 2011.


Le groupe Saint-Ferdinand a réalisé en 2010 un chiffre d’affaires en augmentation de 12 % par rapport à 2008. Il compte à ce jour 5 agences en propre à Paris (8ème, 16ème et 17ème arrondissement) et à Neuilly-sur-Seine (92).
 

Dernières actualités