Publi-interview partenaire

V. Cordonnier (Rivalis) : « Dès mon premier contact avec le réseau, je suis tombé amoureux du concept »

2012-10-15T08:43:00+02:00

15.10.2012, 


imprimer

A l’approche de la cinquantaine, Vincent Cordonnier se félicite d’avoir choisi le concept Rivalis pour accompagner les patrons de TPE dans leur gestion d’activité. Créée en mai 2006, son agence de Lens (62) accueille désormais deux autres conseillers, afin de couvrir un secteur qui s’est étendu.

Vincent Cordonnier
Crédits photo : NC
Vincent Cordonnier

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Après un BTS technico-commercial, j’ai successivement travaillé deux années au Crédit Lyonnais à Paris, puis 18 ans au Crédit Agricole Nord de France, en qualité de chargé de clientèle auprès des professionnels et des agriculteurs. J’aimais beaucoup mon métier et le contact avec les artisans et les entrepreneurs, mais je stagnais dans ma fonction. J’avais envie d’un nouveau challenge. En décembre 2005, mon attention a été attirée par une publicité Rivalis. Le partenaire Rivalis y était présenté comme un copilote, véritable bras droit des chefs d’entreprise, capable de leur amener des axes de progrès. Or, dans le milieu bancaire, l’urgence primait souvent sur le conseil à la clientèle. Je voulais travailler pour moi, être indépendant, et décider de mon organisation de travail, afin de pouvoir consacrer du temps à mes clients.


Pourquoi avoir créé en partenariat ?

Lorsque l’on crée en indépendant, on se sent vraiment seul. Or, je souhaitais disposer d’un soutien en cas de besoin. Je tenais à rester dans le même secteur d’activité, de façon à pérenniser mon expérience professionnelle antérieure. J’avais suivi des formations en fiscalité, en gestion, en comptabilité, en droit et en management, et j’envisageais de mettre mes connaissances et mes compétences au service de ma propre activité, avec l’appui d’un partenaire. Ainsi, le consultant que je suis se doublait de la méthodologie éprouvée d’une enseigne.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez la tête de réseau ?

Au cours de la journée d’information organisée par l’enseigne, je suis tombé amoureux du concept. La perspective d’aider les patrons de petites entreprises à gérer leurs soucis quotidiens me motivait particulièrement. Les entrepreneurs dans les TPE se sentent souvent seuls, et mon rôle devait consister à les aider dans leurs choix de développement. J’ai ressenti chez Rivalis une authentique dimension humaine, porté par une équipe jeune et dynamique.


Comment avez-vous convaincu la tête de réseau ?

La journée d’information permet de se choisir réciproquement. Ma double expérience du secteur bancaire et de la clientèle des TPE constituait un atout certain. De plus, j’étais motivé pour m’impliquer dans ma région d’origine, dans laquelle je réside, et que j’ai choisie pour mon implantation professionnelle. En 2006, les partenaires faisaient l’acquisition de concessions Rivalis, et j’ai obtenu le secteur (désormais appelé territoire) que je convoitais. J’ai démarré mon activité, en autofinancement quasi intégral, depuis mon domicile à Lens (62), puis j’ai loué un bureau. Voici un an, j’ai acheté les murs de mes locaux professionnels, qui accueillent désormais notre équipe de trois associés.

Quotidien du partenaire

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

La formation qui m’a été délivrée par Rivalis s’est déroulée durant toute la première année. Initialement, j’ai suivi en Alsace une vingtaine de jours de théorie sur la méthode et les outils propres à l’enseigne. Ensuite, j’ai été accompagné par deux formateurs terrain, l’un en commerce, l’autre en gestion, dont je pouvais solliciter la présence lors de certains rendez-vous en clientèle. Nous disposons d’un extranet très efficace, et d’un soutien technique permanent. En effet, nous implantons un progiciel de gestion (solution de pilotage en temps réel) chez le client, et nous rencontrons parfois des incompatibilités informatiques, immédiatement prises en main à distance par la hotline Rivalis. Durant ces six dernières années, la politique marketing de l’enseigne a notablement évolué. Beaucoup de nouvelles actions de communication ont vu le jour, qu’il s’agisse de publicités ou de participations à des salons professionnels. Je constate en retour une augmentation du nombre d’appels téléphoniques entrants, et une meilleure alimentation en prospects sur l’outil CRM1 de Rivalis. L’enseigne a également investi les réseaux sociaux pour augmenter sa visibilité. Chaque année, Rivalis organise un congrès national et des ateliers professionnels, à destination du réseau. Tous les deux mois, en qualité de président d’une région qui couvre neuf départements métropolitains (08-14-27-51-59-60-62-76-80) et Tahiti, j’organise des réunions de conseillers, afin d’échanger sur nos pratiques et d’améliorer notre démarche commerciale à l’aide de jeux de rôles.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de partenaire ?

Un conseiller Rivalis qui débute doit chaque jour se rendre sur le terrain pour créer des contacts. En six ans, le nombre de mes clients en portefeuille a beaucoup progressé, et j’ai été amené à m’associer avec deux autres conseillers Rivalis. Nous couvrons désormais les secteurs de Lens (62), Cambrai (59) et Seclin (59). Nous avons également renforcé notre réseau de prescripteurs (experts-comptables, banques, etc.). Le développement de l’activité implique en contrepartie une gestion rigoureuse du temps de travail. Cependant, je parviens à conserver une certaine flexibilité dans mon organisation, afin notamment d’assumer mes fonctions de vice-président de la Fédération française du pilotage d’entreprises. Grâce à Rivalis, j’ai développé une dimension professionnelle que je ne soupçonnais pas au départ.

________________________________

1Ndlr : CRM vient de l’anglais « customer relationship management ». Il signifie « gestion de la relation client ».

Dernières actualités