Publi-interview franchiseur

D. Valdan (Rivalis) : « La présence sur le terrain et une implication quotidienne pour réussir »

2011-06-27T10:18:00+02:00

27.06.2011, 


imprimer

 Rivalis apporte une méthode basée sur l'alliance d'un outil informatique de pilotage d’entreprise en temps réel et d'un conseiller en gestion pour aider les dirigeants des TPE (très petites entreprises) dans leur projet. Sur un marché de 2,5 millions de clients potentiels, les enjeux sont énormes. L’analyse de Damien Valdan dirigeant de Rivalis.


Crédits photo : rivalis 2011
 Damien Valdan

En quoi votre concept est-il adapté au contexte économique actuel ?

Les chefs d'entreprise n'ont jamais eu autant besoin de savoir compter qu'aujourd'hui. Dans cette logique, si une entreprise veut être performante, elle doit se faire conseiller. En France, on raisonne toujours en fonction du modèle américain. Les grandes entreprises côtés en bourse copient ce qui se fait outre-Atlantique, les PME prennent modèle sur les leaders du CAC 40 et les TPE veulent reproduire la réussite des PME. Ces très petites entreprises représentent 96 % des entreprises françaises. C'est dans ce contexte que nous essayons d'évangéliser les TPE aux solutions de pilotage. Le conseiller Rivalis assiste le chef d'entreprise dans le pilotage de sa société, lui rend visite au moins une fois par mois, l'accompagne dans ses choix de développement et se charge d'éviter toute dérive.


Quelles sont les clés pour réussir dans votre secteur en tant que chef d'entreprise ?

Les clés de la réussite résident dans la présence du partenaire sur le terrain et son implication de tous les jours. Nous sommes sur un modèle de commerce actif. Il ne suffit pas de lever son rideau et d'attendre que les clients passent. Nos partenaires n'ont pas de locaux, leur bureau se trouve chez le client. Ce métier requiert un grand investissement personnel : il faut donner de soi, ce n'est pas facile tous les jours. Par ailleurs, il convient de connaitre parfaitement le monde de l'entreprise et son fonctionnement, afin de se mettre à la place du patron et de comprendre ses besoins. La mission principale du partenaire est d'analyser la situation et de prendre des mesures en conséquence.


Comment voyez-vous l'évolution de votre secteur dans les prochaines années ?

Le secteur connait une explosion depuis 2010. Avant la crise, les regards se focalisaient sur les grandes entreprises du CAC 40. Après la crise, les yeux se sont braqués sur les TPE qui avaient résisté à cette épreuve. Implantés depuis 1993, nous disposons de 18 ans d'ancienneté et d'expérience sur nos concurrents. Nous avons les compétences et la connaissance du marché, ce qui séduit et rassure les clients. Aujourd'hui, deux choix se posent à ceux qui veulent se lancer, soit démarrer seul et batailler pour prouver sa légitimité, soit passer un accord avec un leader historique du marché. Pour nous, ce nouvel attrait pour la profession n'a rien changé. Notre mission est toujours de nous adapter au projet de vie du dirigeant, s'il souhaite vendre nous l'aidons, tout comme s'il désire se développer. Dans tous les cas, nous fournissons des solutions adaptées.


Bilan de l'année écoulée pour votre enseigne et perspectives de développement ?

Nous ne nous fixons pas vraiment d'objectifs de développement. Les implantations Rivalis se font selon le profil du candidat et les opportunités. Depuis quelques temps, nous sommes sur une cadence naturelle de 40 ouvertures par an. Notre objectif se situe plus en nombre d'utilisateurs de notre solution. Il y a 2,5 millions petites entreprises en France, soit le marché le plus étendu après celui des particuliers. Nous nous adressons aux artisans, commerçants ou encore aux professions libérales. L'obligation d'aller sur le terrain, à leur rencontre croit de jour en jour. Nous développons également notre stratégie de communication avec de la publicité, notamment sur RTL, afin de faire connaitre la marque. Par ailleurs, un nouvel intranet a vu le jour afin de renforcer la communication interne et faciliter l'accès des collaborateurs aux informations. Toujours dans cette optique de renforcer les liens avec nos conseillers, nous venons de mettre en place le Service d'Ecoute et d'Echange (S.E.E). Il s'agit d'une ligne téléphonique ouverte pour les conseillers qui ne trouvent pas de réponses à leurs questions. Ce service accompagne la plateforme de support déjà présente. Enfin, nous avons mis un nouveau principe de redevance. Si notre partenaire signe 10 clients, il ne paie plus de redevance, pendant toute le durée de son contrat. Dans ce cas, nous prélevons directement un pourcentage sur la vente du logiciel, dont le prix pour l'entreprise revient à 45 euros par mois. Avec tous ces éléments, le délai de retour sur investissement est très rapide.
 

Lire également :D. et L. Valdan (RIVALIS) : « Offre particulièrement adaptée à la conjoncture actuelle »

 

 

Dernières actualités