Restauration et cinéma : des effets de synergie marginaux

2013-12-09T09:35:00+02:00

09.12.2013, 


imprimer

« Les effets de synergie entre cinéma et restauration restent marginaux », révèle une étude de la fédération Procos. Pourtant, ces effets d’entrainement peuvent être invoqués pour justifier de valeurs locatives élevées pour les restaurants proches d’un cinéma.

En revanche, l’étude de la fédération précise que si effets il y a, ils dépendent davantage de la qualité de la programmation cinématographique que de la seule existence d’un cinéma.

La fédération a mené son étude auprès de 50 cinémas multiplexes comptant dans leur voisinage immédiat plus de 200 restaurants.

Procos est la fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé. Elle représente 260 enseignes qui réalisent 93,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Dernières actualités