Publi-interview franchisé

N. Boillin (Pizza Hut) : « Mes unités Pizza Hut constituent un véritable patrimoine »

2014-01-27T08:01:00+02:00

27.01.2014, 


imprimer

Nicolas Boillin, 38 ans, est à la tête, avec son épouse, des deux premiers établissements Pizza Hut implantés à Bordeaux (33), ouverts en septembre 2010 et en janvier 2013. Il y emploie au total 30 salariés. Afin de mailler son territoire, une troisième création est envisagée pour la fin de l’année 2014.


Crédits photo : Droits réservés
Maryse et Nicolas Boillin, multi-franchisés Pizza Hut à Bordeaux (33)

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Diplômé de l’école d’ingénieur agro-alimentaire AgroParisTech, j’ai été salarié durant presque 9 ans chez BNP Paribas, en tant que chargé d’affaires auprès des professionnels et des grosses PME et filiales. Cependant, depuis l’âge de 15 ans, j’avais développé l’envie de créer ma propre entreprise, à l’instar de mon parrain qui avait repris une activité de grossiste auprès des boulangeries. Le choix de travailler dans le domaine bancaire m’avait permis de m’affranchir de ce qui caractérise la gestion des entreprises, à savoir notamment les investissements et les choix stratégiques qui s’opèrent dans la durée. Mais mon évolution de carrière avait occasionné plusieurs mutations accompagnées de déménagements et, avec mon épouse, nous avions envie de « nous poser ». Je me sentais en âge et en capacité de créer mon activité, et nous avons vécu, ma femme et moi, une première expérience avec une enseigne alimentaire balbutiante qui n’a pas franchi le cap des trois années. Il nous a fallu ensuite rebondir.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Je suis créateur sans l’être. Capable de gérer un projet existant, je ne suis pas en mesure de créer de toutes pièces un concept, un univers. Le système de la franchise représentait par conséquent une évidence. Au sein du réseau, les franchisés vivent les mêmes joies et partagent les mêmes problèmes, et on peut échanger de bons conseils entre nous, et se sentir épaulés par le franchiseur.


Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Après notre première tentative avortée en franchise, je souhaitais me rapprocher d’une enseigne connue et bien implantée. Pizza Hut, que j’avais initialement découverte à l’étranger, est une marque internationale qui bénéficie d’une excellente notoriété spontanée en France. Lorsque j’étais petit, je dégustais déjà leurs pizzas, avec une pâte spécifique unique en son genre, assez épaisse et cuite en caquelon, et que je considère aujourd’hui comme  ma « madeleine de Proust ». Par ailleurs, voici 5 ou 6 ans, il y avait « un train à prendre » avec la marque, qui revenait sur le devant de la scène, et qui souhaitait s’implanter en régions dans les villes les plus importantes. L’opportunité d’être le premier franchisé bordelais s’avérait très excitante.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Les premiers contacts avec le développeur du réseau, puis avec la direction générale France, ont été très bons. Notre première expérience malheureuse de la franchise nous avait occasionné quelques difficultés financières, mais nous étions en mesure de prouver que cette affaire avait été bien tenue. Au-delà du CV, nous étions des personnes de terrain, et un feeling s’est progressivement développé au fil des discussions avec Pizza Hut.

Quotidien du franchisé

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

La formation initiale de deux mois se déroule dans l’établissement d’un autre franchisé, afin d’apprendre à gérer les aspects techniques du métier liés au service, au déroulement d’une journée, et enfin au fonctionnement du restaurant. Un animateur régional dédié vient régulièrement sur site afin de suivre en parallèle l’avancement de la formation et du projet de création. Un accompagnement efficace est réalisé durant une à deux semaines, tant par le responsable du développement que par l’animateur, qui nous parrainent et nous épaulent tous deux en prenant concrètement en charge la moitié des différents problèmes inhérents à tout démarrage d’activité.

Une plateforme de e-learning, Pizza Hut University, délivre des contenus utiles aussi bien aux employés qu’aux franchisés débutants, et des formations pratiques Pizza Hut (qualité, responsable de service, etc.) sont dispensées à Paris (75) pour nos collaborateurs. Nous sommes formés aux normes de fabrication, qui impliquent une répétition de gestes précis, permettant d’obtenir la même qualité de pizza partout en France, gage de sécurité pour le consommateur. Au quotidien, il y a toujours quelqu’un au siège qui peut répondre à nos questions, notamment la responsable RH, pour tout ce qui concerne la gestion de nos salariés. Notre savoir-faire évolue en permanence, rien n’est figé, et le franchiseur est à l’écoute des remontées provenant du terrain. Chaque année, quatorze visites de clients-mystères permettent d’obtenir une photographie utile de nos process, et ainsi de nous améliorer en continu. En parallèle, un cabinet d’audit est spécialement mandaté pour réaliser quatre fois par an, à l’improviste, des tests permettant de valider l’observation des normes Pizza Hut, plus contraignantes que celles des services vétérinaires. Enfin, depuis peu, j’ai le plaisir, dans le cadre d’un comité de franchisés élus, de collaborer à l’élaboration des campagnes nationales avec l’équipe marketing à Paris, laquelle nous soutient également pour nos campagnes locales.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Au démarrage d’une unité Pizza Hut, le franchisé travaille beaucoup, et génère peu de retour financier. Mais il est très excitant de créer une activité de A à Z, de s’approprier les modes opératoires. Chaque matin, j’examine les contingences de la journée, et je cherche des solutions et des axes d’amélioration. Je pense à mon activité 99% du temps, mais ça me convient, car j’aime être occupé. Détenir deux unités Pizza Hut me permet de déléguer davantage, et de prendre deux jours de repos par semaine, mon but étant de prendre un peu de vacances. Dans la vie, on n’a pas toujours l’opportunité de créer une entreprise, et je ne voulais pas laisser passer cette chance. Je n’ai jamais regretté d’avoir choisi l’enseigne Pizza Hut, et je sais que, même si mes revenus sont pour le moment modérés, mes unités constituent un véritable patrimoine.

Dernières actualités