Publi-interview franchisé

C. Carron (Phone House) : « Seul, on avance vite. Ensemble, on va plus loin »

2011-11-23T08:42:00+02:00

23.11.2011, 


imprimer

A 32 ans, Christophe Carron est à la tête de 5 entreprises de téléphonie et d’informatique, implantées dans son département d’origine, l’Isère. Deux unités sont des magasins en franchise Phone House. Le premier point de vente a été créé à Vienne en mai 2010, et le second s’est ouvert le 19 octobre 2011 à Bourgoin-Jallieu.

Christophe Carron
Crédits photo : DR
Christophe Carron, franchisé Phone House.

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Je voulais vivre de ma passion ! L’informatique et la téléphonie s’allient très bien, et se valorisent mutuellement dans un même espace de vente. Les équipes commercialisent des outils à communiquer, avec le forfait qui convient. J’aime la relation directe au client, et j’ai créé « NumeriK’s », ma première société informatique en 2005. Auparavant, après un parcours diplômant en expertise-comptable, sanctionné par un DESCF, et un DESS en Sciences du Management, j’avais travaillé durant deux années en cabinet d’audit pour Ernst & Young, mais je ne m’y étais pas épanoui.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

J’avais besoin d’un acteur solide pour m’aider et m’accompagner. Lorsqu’on crée en indépendant, on se trouve dans la même situation qu’un artisan. A priori, on a plus de liberté mais, en définitive, on dispose de moins d’avantages qu’en franchise.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Phone House était la seule enseigne qui me parlait vraiment, bien au-delà de sa notoriété. En effet, pour offrir un conseil aussi objectif que possible aux clients, il faut pouvoir leur proposer tout ce qui existe, et pas seulement la gamme d’un mono-opérateur. J’ai analysé la visibilité de l’enseigne sur Internet, et j’ai parcouru plusieurs forums pour prendre connaissance des critiques des consommateurs envers les différents opérateurs de téléphonie. Le dynamisme et la pertinence des offres marketing, et les perspectives d’évolution des gammes de produits, m’ont enthousiasmé. Par ailleurs, la personne en charge du développement m’a exposé de façon transparente les avantages et les contraintes de la franchise Phone House, et j’ai échangé avec d’autres franchisés à propos de leur expérience. Dès le second rendez-vous, j’ai rencontré le directeur de l’enseigne, qui a apprécié le montage de mon dossier. Le feeling positif a été réciproque, et cet aspect a été essentiel : je n’aurais pas pu m’engager sans relation de confiance.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Mon expérience préalable d’entrepreneur a joué en ma faveur et mon dossier était solide, tant au niveau de ma connaissance du marché que de celui de mon plan de financement. L’emplacement du magasin de Vienne a fait l’objet d’une analyse poussée et le point de vente de Bourgoin-Jallieu est très bien implanté, dans la galerie de l’hypermarché E. Leclerc. La direction de Phone House me soutient dans le développement de mon activité, et cet accompagnement m’aide beaucoup.

Quotidien du franchisé

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

Présent une journée par semaine sur chacune de mes entreprises, et parfois actif au niveau de la vente en magasin, pour sentir le terrain, je fais en sorte de demeurer à l’écoute de mes équipes. Je communique beaucoup par mail pour entretenir un contact permanent. Phone House assure une présence forte sur le terrain, et un contact facile et rapide par mail ou par téléphone. J’apprécie beaucoup l’efficacité des différents services, en matière de merchandising et d’approvisionnement, mais aussi sur les aspects juridiques ou financiers. J’aime également la liberté qui nous est laissée en matière de publicité locale. Au-delà du quotidien, deux réunions semestrielles de trois à quatre jours sont organisées à l’échelon national, avec l’ensemble du staff et des franchisés, complétées par des réunions de travail à Paris.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Si je compare une création d’entreprise en qualité d’indépendant, et celle réalisée en franchise, l’avantage principal de la seconde solution porte sur la mise en œuvre immédiate d’une structure efficace. Avec Phone House, je n’ai qu’un seul interlocuteur, qu’il s’agisse de difficultés techniques, logistiques, juridiques ou financières. En contrepartie, ce service a un coût, bien entendu. Il est également impératif de respecter la charte de l’enseigne, par exemple au niveau de l’agencement et du merchandising des magasins. Finalement, le constat ressemble au dicton : « Seul, on avance vite. Ensemble, on va plus loin. » Encore faut-il à mon avis, lorsqu’on souhaite devenir franchisé, ne pas faire preuve d’opportunisme et choisir réellement le métier que l’on aime et qui nous passionne.

Dernières actualités