Etude de marché : OSEO confirme une reprise en 2011 pour les PME

2011-07-15T10:13:00+02:00

15.07.2011, 


imprimer

Interrogés en mai 2011, les dirigeants de PME attestent que la tendance à la reprise de l'activité, déjà observée lors de l'enquête effectuée en novembre 2010, se confirme et s'amplifie. Les chefs d'entreprise font part de leur optimisme pour le prochain semestre avec toutefois des écarts, souvent élevés, selon les secteurs.


Activité

En mai, 46 % des PME prévoyaient une croissance de leur activité en 2011 et 17 % envisageaient une diminution. Il s'agit d'une légère accélération de l'activité, après le redressement de 2010. Globalement, les dirigeants tablent sur une progression moyenne de leur chiffre d'affaires de 4,1 % pour 2011. C'est d'abord dans l'industrie et dans les secteurs amont que l'activité devrait être la plus soutenue, avec deux signaux positifs importants : le redémarrage de l'investissement productif et l'amorce d'un redressement dans le secteur de la construction. L'activité se développe en revanche plus lentement ou marque toujours le pas dans les secteurs liés à la consommation des ménages et dans les TPE (Très Petites Entreprises). Les prévisions de croissance sont deux fois plus élevées chez les PME exportatrices et innovantes, les plus optimistes pour 2012.


Emploi

Le rythme des créations d'emplois s'accélère, tout particulièrement dans les entreprises innovantes et exportatrices. Mais il stagne encore dans les TPE traditionnelles. En mai, 24 % des PME annonçaient une hausse de leurs effectifs par rapport à fin 2010, tandis que 13 % font part d'une diminution. Les PME de l'industrie et des transports, qui avaient le plus fortement réduit leurs effectifs pendant la crise, ont commencé à les reconstituer à vive allure. Les effectifs sont, de même, sensiblement renforcés dans le commerce de gros. Ils croissent dans toutes les tailles d'entreprise à l'exception des TPE et ce sont les PME exportatrices et innovantes qui sont beaucoup plus souvent créatrices d'emploi. En mai, 28 % des PME ont envisagé un accroissement du nombre de leurs salariés en 2012. Les intentions de création d'emploi culminent dans les entreprises de 50 à 99 salariés.


 Trésorerie et rentabilité

Les trésoreries continuent de s'assouplir et les chefs d'entreprise mesurent un redressement sensible de leur rentabilité. Parmi les PME interrogées, 69 % d'entre eux estiment normale ou aisée la situation de leur trésorerie récente. A contrario, 31 % des entreprises disent avoir rencontre des difficultés de trésorerie au cours des six derniers mois. L'évolution de la situation de trésorerie est très variable selon le secteur d'activité et plus tendue dans les petites entreprises. L'accès au crédit de trésorerie reste difficile pour une entreprise sur 5, d'autant plus l'entreprise est petite. L'état de la trésorerie devrait s'améliorer d'ici la fin de l'année. L'amélioration de la rentabilité en 2010 est ressentie dans la quasi-totalité des secteurs. Une sensible progression des résultats est escomptée pour l'exercice en cours.


Investissement

Après trois années consécutives de recul, l'investissement repart nettement à la hausse depuis fin 2010. En mai 2011, une entreprise sur deux prévoit d'investir dans l'année, contre 45 % en mai 2010 et 43 % seulement au sortir de la récession. De plus, les prévisions d'investissement indiquent une augmentation notable en volume. On note une vive remontée de l'investissement dans l'industrie. L'accès au crédit à l'investissement est aisé sauf pour les entreprises financièrement fragiles. D'ailleurs, 40 % des chefs d'entreprise pensent autofinancer leurs investissements en 2011. Pour 2012, sauf crise externe grave, les dirigeants de PME anticipent la poursuite du renforcement de leur activité. Cette manifestation d'optimisme est très prononcée parmi les entreprises innovantes et exportatrices. Les perspectives sont plus mitigées dans les entreprises traditionnelles et de petite taille.


* Résultats de la 53ème enquête semestrielle de conjoncture Oseo réalisée en mai 2011 auprès de 30 000 entreprises. L'analyse porte sur les 3 561 premières réponses jugées complètes et fiables.
 

Dernières actualités