Publi-interview adhérent

F. Lacotte (Optimonial) : « Je suis à mon compte tout en n’étant pas seul »

2014-05-21T08:01:00+02:00

21.05.2014, 


imprimer

Courtier depuis quelques mois au sein du réseau Optimonial, Florian Lacotte exerce son activité dans les départements de la Haute-Garonne et du Gers. A seulement 24 ans, cet ancien joueur de rugby ne manque pas d’ambition et espère participer au développement de l’enseigne dans sa région.

Florian Lacotte, courtier Optimonial
Crédits photo : Droits réservés

Construction du projet


Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Je suis autodidacte et en tant que tel je souhaitais progresser rapidement. Joueur de rugby à Auch dans le Gers, j’ai décroché à l’âge de 18 ans un contrat centre de formation pour devenir pro mais, au bout d’un an, voyant qu’on ne me faisait pas évoluer, j’ai décidé de tout plaquer pour me lancer dans la vie active. En 2011, avec seulement mon bac en poche, j'ai réussi à convaincre une entreprise spécialisée dans la menuiserie de m’embaucher comme commercial. Quelques temps plus tard, toujours dans le même domaine, je me suis mis à mon compte, sous statut d’agent commercial indépendant. Tout se passait très bien pour moi, mais comme depuis longtemps j’étais attiré par la gestion de patrimoine, je cherchais comment pouvoir aller vers cette activité avec un bac et sans expérience dans le métier. C’est en effectuant des recherches sur Internet que j’ai découvert le réseau Optimonial. Le concept m’a attiré tout comme le statut de courtier indépendant, j’y ai vu l’opportunité que j’attendais pour pouvoir me lancer dans ce métier.


Pourquoi avoir créé en réseau ?

Bien qu’attiré par le métier, je ne connaissais pas grand-chose à la gestion de patrimoine et lorsque vous êtes jeune, seul et inexpérimenté, c’est d’autant plus compliqué de démarrer. Je me suis donc naturellement tourné vers les réseaux organisés. En effet, je pense que cette solution apporte au créateur d’entreprise l’accès à une formation théorique et pratique sur les fondamentaux métiers ainsi qu’une aide cruciale dans l’opérationnel terrain (prospection, action commerciale, etc). Chez Optimonial, par exemple, deux journées par mois sont dédiées au coaching en accompagnement terrain, ce qui est très appréciable lorsqu’on débute dans le métier. Et puis, au quotidien, lorsque j’ai une interrogation qui touche le cadre de mon activité, il me suffit de contacter la tête de  réseau pour avoir un retour rapide ce qui me permet de travailler plus efficacement et plus sereinement.


Choix de l’enseigne


Ce qui vous a séduit chez la tête de réseau ?

Le sérieux et le professionnalisme de l’enseigne. En effet, lorsque j'ai rencontré la tête de réseau à Paris pour m’entretenir avec la direction et la responsable du développement, j’ai tout de suite été séduit par leur concept auquel j’ai cru, car j’avais affaire à des personnes expérimentées dans la gestion de réseau organisé et dans l’activité de la gestion de patrimoine. Marie Aoudia, la responsable de l’animation avec qui j’échange très régulièrement aujourd’hui dans le cadre de mon activité, connaît très bien le métier de la gestion de patrimoine mais aussi l’aspect terrain pour l’avoir elle-même pratiqué au sein de grands groupes. Les compétences et l’expérience terrain des personnes rencontrées ont été un des facteurs qui m’ont rassuré et m’ont donné confiance. Et puis, l’idée de rejoindre un « réseau jeune » qui pour autant est dans le giron d’un groupe reconnu dans la multiactivité au travers ses nombreuses filiales, toutes spécialistes dans un pan du métier, a fini de me convaincre, car je pense que cela présage de nombreuses opportunités pour le futur.


Comment avez-vous convaincu la tête de réseau de vous choisir ?

J’étais jeune, sans aucune expérience dans l’activité, je m’attendais donc à ce que la direction du réseau soit sceptique face à ma candidature. Après avoir pris contact avec le réseau Optimonial, j’ai été convoqué à Paris pour un entretien. Malgré la distance, j’ai acheté un billet d’avion et  m’y suis rendu, prouvant ainsi ma réelle motivation. La rencontre s’est très bien passée, nous avons eu un excellent contact, j’ai su démontrer à la responsable du développement d’Optimonial que mon profil collerait à l’esprit du réseau. J’ai su aussi prouver à la direction du réseau mon savoir-faire et mon dynamisme commercial en présentant les résultats commerciaux de mon activité d’agent commercial indépendant. Je pense que le fait d’être déjà à mon compte dans une activité commerciale de prestations de services a très certainement joué en ma faveur. Mon profil correspondait à l’esprit entrepreneurial que demande la direction du réseau Optimonial à son futur partenaire. La direction du réseau a souhaité que nous prenions chacun un temps de réflexion et que je revienne ensuite vers eux quant à mon positionnement. Après quelques jours de réflexion j’ai confirmé ma motivation quant à vouloir rejoindre le réseau Optimonial. Quelques temps plus tard, je recevais une réponse positive.

Quotidien du franchisé


En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

Dès la formation initiale, nous sommes préparés à notre futur métier de courtier. Cette formation est intense et assez longue : 150 heures de formation dispensées sur un mois. Pendant ces heures, nous acquérons les fondamentaux juridiques, techniques et commerciaux de notre futur profession, ce qui nécessite pour les néophytes comme moi de réviser et travailler aussi les soirs et les week-ends pour intégrer au mieux toutes les informations dispensées lors de la formation et pouvoir ensuite mettre toutes les chances de mon coté pour réussir les nombreux QCM de contrôle et d’évaluation des connaissances qui sont effectués tout au long de notre cursus de formation initiale, afin qu’ au terme de notre formation nous soit délivré un livret de stage justifiant de notre capacité à exercer dans l’activité et nous permettre par la suite de pouvoir nous enregistrer auprès de l’Orias.

Dans l’opérationnel, j’apprécie l’aide que m’apporte au quotidien la tête de réseau. J’ai souvenir d’un rendez-vous où j’avais besoin d’une réponse rapide à apporter à ma cliente sur une question très spécifique. Il était 20 heures, j’ai contacté téléphoniquement la responsable animation du réseau qui, malgré l’heure tardive, s’est rendue disponible afin que je puisse apporter toute l’information et le conseil nécessaire à ma cliente. En tant que courtier Optimonial, nous bénéficions de nombreux outils qui nous permettent de mieux piloter notre activité, comme par exemple un outil CRM pour gérer notre portefeuille clients et notre base produits, accéder aux documents spécifiques à notre activité mais aussi aux documents marketing du réseau ou encore à la plateforme des programmes immobiliers en défiscalisation.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie d'adhérent ?

Lorsque j’étais agent commercial, certes, j’exerçais à mon compte, mais ma clientèle ne m’appartenait pas et je dépendais énormément des entreprises pour lesquelles j’étais mandataire. Aujourd’hui, mon portefeuille client m’appartient, je suis totalement autonome, mais je ne suis pas isolé. Ma seule obligation est la prospection, ce que je vis nullement comme une contrainte, mais plutôt comme une action inhérente et naturelle à mon métier de courtier multiactivité en gestion de patrimoine où la relation commerciale reste le cœur de notre métier.

Pour ce faire, j’applique rigoureusement le savoir-faire du réseau qui s’appuie avant tout sur l’écoute du client ainsi que sur l’information et le conseil à apporter, et c’est en cela que la multiactivité du courtier Optimonial est une véritable valeur ajoutée car elle nous permet de pouvoir proposer des solutions adaptées à notre interlocuteur, ce qui me permet d’obtenir sans difficulté un rendez-vous avec le client, puisque je suis à même de pouvoir répondre objectivement à ses préoccupations et a son questionnement sur les sujets que sont la retraite, l’épargne, la prévoyance, la dépendance, la complémentaire santé, l’optimisation fiscale, et ce quel que soit son statut : particulier, TNS, dirigeant ou entreprise.
Un dernier conseil : si vous ne possédez pas d’empathie commerciale, alors, ce métier n’est pas fait pour vous.

Dernières actualités