Publi-interview franchiseur

J-G. Ordan (O’Sushi) : « Le franchisé peut se consacrer entièrement à la gestion de son centre de profit »

2014-09-16T08:15:00+02:00

16.09.2014, 


imprimer

Lancé en franchise en 2008, le réseau de restauration rapide O’Sushi poursuit son développement et recherche de nouveaux franchisés. Forte d’un réseau de 25 points de vente en France, l’enseigne ambitionne de dépasser les 60 établissements d’ici 2020. Explications de Jean-Gabriel Ordan, responsable du développement.

Jean-Gabriel Ordan, responsable du développement O
Crédits photo : Droits réservés
Jean-Gabriel Ordan, responsable du développement O'Sushi.

Quelle est l’originalité de votre concept ?

O’Sushi est un concept de restauration rapide dédiée aux sushis créé en 1998 à Nice (06) et racheté en 2009 par un géant de la restauration : le groupe Agapes (Flunch, les 3 Brasseurs, etc…). Depuis son rachat, l’enseigne a fait peau neuve et s’est lancée en franchise dès septembre 2012, avec une première ouverture à Nîmes (30). La nouvelle direction a entièrement rénové la marque et travaillé à un nouveau concept. Aujourd’hui, les restaurants de l’enseigne ont abandonné le service assisté pour une offre de libre-service attractive. La gamme produits a également été élargie et propose parallèlement à son offre sushis et makis des entrées, des desserts, des chirashis et des plats chauds inspirés de la cuisine japonaise. A cette variété de produits s’ajoute la qualité : O’Sushi dispose de deux ateliers de fabrication en France et fournit l’intégralité des établissements du réseau en produits frais haut de gamme. Les franchisés ne produisent rien sur place, nous les livrons tous les jours, du lundi au samedi, en respectant la chaîne du froid. Ainsi, nous assurons une traçabilité des produits et un niveau d’hygiène élevé dans l’ensemble de notre réseau.


Quelle est la valeur ajoutée du concept par rapport au marché ?

Comme évoqué précédemment, l’enseigne s’occupe de toute la fabrication et la livraison des produits. Ainsi, le franchisé n’a aucune contrainte à ce niveau-là et peut se consacrer entièrement à la gestion de son centre de profit.

Grâce à la puissance du groupe Agapes – pour rappel, le groupe réalise 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires – nous avons pu construire un business plan performant. Le réseau a décidé de se développer au rythme maîtrisé de 5 à 10 nouvelles unités par an jusqu’en 2020.


Quels sont les points-clés de votre accompagnement ?

O’Sushi accompagne le nouveau franchisé tout au long de la phase de lancement. Avant l’ouverture, d’abord, avec une équipe de trois personnes dédiées et à l’ouverture, ensuite, avec la présence sur le point de vente de deux membre de la tête de réseau pendant 15 jours. Une formation initiale de deux semaines – une première dédiée à l’apprentissage des techniques de gestion et une seconde au commerce – est dispensée à chaque nouveau franchisé dans nos points de vente existants.

Ce soutien se poursuit durant toute la durée du contrat de franchise : tous les deux mois, un animateur réseau rend visite aux franchisés pour contrôler la santé du commerce et fournir un accompagnement humain. Loin d’être intrusif, le réseau souhaite apporter son expérience en tant que franchiseur et non prendre des décisions à la place des entrepreneurs indépendants. Enfin, nous mettons à disposition des franchisés un pack assurance comprenant, entre autres, une protection relative aux risques alimentaires. Le but étant de décharger les franchisés au maximum.


Quel bilan faites-vous de l’année écoulée et quelles sont vos perspectives de développement ?

Notre objectif est d’ouvrir des points de ventes rentables qui seront ambassadeurs du réseau O’Sushi dans un avenir proche. Aujourd’hui, l’enseigne compte 25 boutiques, dont 18 franchises, et nous ambitionnons d’avoir entre 60 et 80 restaurants d’ici à 2020. En plus du développement en franchise, la marque poursuit les ouvertures de succursales car nous souhaitons conserver une proportion de 30 % du parc de boutiques en propre.

Pour l’instant, nous nous concentrons sur le marché français mais, plus tard, le concept pourrait s’exporter à l’international, notamment grâce à la puissance du groupe Agapes qui jouit d’une présence mondiale forte.


Quels profils recherchez-vous ?

O’Sushi ne recherche pas des cuisiniers mais des entrepreneurs indépendants qui puissent être commerçants dans leur point de vente, et ayant une affinité pour le sushi. Le côté chef d’entreprise est très important, car nos franchisés doivent être autonomes. De plus, des compétences managériales sont appréciées, car un restaurant compte en moyenne trois équivalents temps plein.

Dernières actualités