Publi-interview franchisé

L. Brugirard (Maxauto) : « Je voulais monter une société rentable et créer de l’emploi »

2011-03-09T06:33:00+02:00

09.03.2011, 


imprimer

Depuis juillet 2008, Laurent Brugirard a rejoint Maxauto. A 37 ans, il a ouvert deux centres automobiles dans l'Hérault, à Villeneuve-les-Béziers et à Colombiers.

Laurent Brugirard
Crédits photo : DR
Laurent Brugirard, franchisé Maxauto

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

J'ai eu un parcours assez classique dans mon secteur d'activité. Diplômé d'un CAP de mécanicien, j'ai travaillé pendant 15 ans dans des centres automobiles pour diverses enseignes. J'ai évolué en interne, passant progressivement de mécanicien à directeur de centre. Une fois ce dernier poste atteint, la marche à suivre était simple : soit je changeais de métier, soit je lançais ma structure. Ayant le désir d'être plus autonome, j'ai choisi de créer mon entreprise.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Créer en franchise était une sécurité. L'enseigne Maxauto appartient au groupe Norauto, l'un des leaders sur le marché. En rejoignant ce réseau structuré, je bénéficiais d'un soutien pour le marketing, le réapprovisionnement... Personnellement, mon métier est la mécanique automobile. Je ne sais pas créer une publicité par exemple. J'avais donc besoin d'un appui sur ce plan-là. Enfin, grâce à la franchise, j'accède à une centrale d'achats avec des prix compétitifs. Seul, vue la concurrence sur ce marché, il aurait été difficile voire impossible de m'aligner en termes de tarifs.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?


Précédemment, je travaillais pour une autre enseigne. Mais ils n'ont pas été assez réactifs quand j'ai souhaité me lancer. J'ai découvert Maxauto grâce à une revue spécialisée sur la franchise. Je les ai contactés et 15 jours plus tard, un représentant venait à ma rencontre chez moi. Ils ont tout de suite évoqué les perspectives de développement, en me parlant d'ouvrir plusieurs centres auto.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Ce sont des métiers compliqués où peu de candidats qualifiés se présentent. Mes 15 années d'expérience ont donc séduit le franchiseur. De plus, ma femme est comptable expérimentée et notre projet était de travailler en couple dans cette aventure. Nous étions en mesure d’associer nos compétences pour le montage du projet. Enfin, le contact humain est bien passé avec le service développement.

Quotidien du franchisé

Comment avez-vous appliqué le savoir-faire de l’enseigne ?

Je me suis rendu au siège pour une semaine d'intégration afin de rencontrer ceux qui allaient devenir nos interlocuteurs principaux. Je n'ai pas ressenti le besoin de suivre une formation mais il est possible d'effectuer des stages en magasin.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Le bilan est positif puisque nous avons déjà ouvert notre deuxième magasin. Nous avons embauché cinq personnes. C'était important pour nous. Humainement, c'est très enrichissant. Nous avons été très accompagnés et très aidés par le franchiseur. Malgré la crise, quand on y croit et que l'envie est là, il est possible d’avoir une société rentable et de créer de l'emploi.

Pourquoi rejoindre ce réseau ?

Norauto FranchiseFranchisé Norauto, naturellement

Demander une documentation Ajouter à ma sélection Voir la fiche Actu du réseau
Actualité de l'enseigne
Dernières actualités