Publi-interview franchisés

G. Moragues et C. Rochelle (Norauto) : « Norauto a su être à l’écoute et répondre à nos exigences »

2013-07-25T09:13:00+02:00

25.07.2013, 


imprimer

Gilles Moragues et Colette Rochelle ont repris en couple, en avril 2012, un magasin anciennement Maxauto à Auray (56), passé ensuite sous l’enseigne Norauto. Ils y emploient dix collaborateurs, et viennent d’obtenir le prix de la meilleure progression du chiffre d’affaires atelier au sein du réseau.

Gilles Moragues et Colette Rochelle, Norauto
Crédits photo : Droits réservés
Gilles Moragues et Colette Rochelle, franchisés Norauto à Auray (56)

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

J’ai été responsable de production durant 15 ans, puis commercial durant 4 ans, dans le domaine de la tôlerie industrielle. Quitte à « faire des heures », je songeais à me lancer à mon compte. J’avais envie d’aller de l’avant, de gérer du personnel. Depuis quelques années déjà, j’envisageais le rachat d’une tôlerie. Fin 2011, je me suis dit que mon choix devait se porter sur une valeur sûre. Durant mes loisirs, je retapais d’anciens véhicules, et j’ai été amené à constater que, suite à la crise, les particuliers achetaient moins de véhicules neufs, et privilégiaient la réparation. Mon épouse, quant à elle, avait occupé différentes fonctions dans l’industrie, et avait tenu un commerce de fruits et légumes. Nous avons recherché sur Internet les créneaux qui présentaient le meilleur potentiel de développement, et nous nous sommes aperçus que le site de Norauto était le plus visité dans sa catégorie, et que les commentaires y étaient élogieux.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Nous souhaitions nous appuyer sur une enseigne forte, avec des bases solides, un réseau bien développé, des gammes de produits attrayantes et une dynamique publicitaire. En outre, créer en franchise nous assurait de travailler dans le respect des normes. Connaître le positionnement de notre point de vente, par rapport à l’ensemble d’un réseau, nous semblait également très important.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

La première marque qui vient spontanément à l’esprit du consommateur, lorsqu’on lui demande de citer des enseignes de réparation et d’accessoires automobiles, est Norauto, qui dispose de 352 centres implantés en France. Au cours du premier rendez-vous avec l’enseigne, nous avons été extrêmement bien accueillis, alors qu’un franchiseur concurrent s’était à peine intéressé à nous. Norauto a su être à l’écoute et répondre à nos exigences : nous voulions être propriétaires des murs, et d’un magasin obligatoirement implanté à proximité de la mer.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Notre profil convenait à l’enseigne. J’avais géré jusqu’à 50 personnes durant quinze ans, et mon épouse, très dynamique, avait occupé des postes à responsabilité et savait établir une comptabilité. Après une phase de test de personnalité, nous avons pu prouver nos compétences en intégrant le « stage de découverte » de l’enseigne, qui permet d’explorer de l’intérieur un centre Norauto durant quatre jours, avant validation de notre candidature et signature du DIP. Cette immersion en magasin a également été l’occasion pour nous de valider notre choix d’activité.

Quotidien des franchisés

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

Je souhaitais un magasin important, de manière à employer suffisamment de personnel pour disposer moi-même d’un peu de temps. Norauto nous a proposé la reprise du Maxauto d’Auray, de presque 15 ans d’âge, et nous a beaucoup aidés pour le montage du dossier de financement. Maxauto bénéficiait d’une moindre renommée que Norauto, et c’est grâce au changement d’enseigne que nous avons obtenu notre prêt. Nous avons passé deux jours au siège à Massy (91) pour nous imprégner des méthodes de gestion de l’enseigne et suivre une formation en management. Nous avons également participé à un séminaire d’une semaine destiné aux dirigeants d’entreprise. Enfin, nous avons passé trois semaines de formation pratique chez un autre franchisé du réseau. Ainsi, lorsque nous avons intégré notre magasin, nous étions sereins. Les murs extérieurs ont été refaits puis, deux mois plus tard, l’ensemble de la surface de vente de 300 m² a été relooké au dernier concept Norauto. Une fois les travaux terminés, nous avons eu l’impression d’avoir gagné 100 m² de surface, et nous avons pu référencer 25 % de produits supplémentaires. Au quotidien, quelle que soit la question que nous posons, nous sommes assurés d’obtenir une solution rapide et efficace de la part du franchiseur. L’enseigne propose des services innovants à nos clients. Par exemple, ceux-ci peuvent visualiser les pièces automobiles sur notre site internet, et nous visionnons sur l’Intranet les mêmes photos, ce qui nous permet de gérer plus facilement les pièces détachées. Nous avons également accès aux remplacements des cartes grises et des pare-brises, qui ne nous étaient pas attribués chez Maxauto. A l’issue d’un an d’activité, notre magasin a fortement évolué, et nous avons été distingués lors du dernier congrès de l’enseigne, à Budapest, avec le « Nor’Oscar 2013 », qui reconnait la meilleure progression de chiffre d’affaires atelier au sein du réseau.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisés ?

Si être son propre patron comporte des avantages, il ne faut pas compter ses heures. Nous devons être présents quasiment en permanence pour dynamiser notre équipe de 10 collaborateurs. Un franchisé Norauto doit respecter le moule qui a été pensé par l’enseigne. Certes, on y perd un peu de liberté, mais nous ne regrettons rien car, sans Norauto, nous n’aurions pas connu une progression d’activité aussi rapide. Idéalement, nous espérons ouvrir un second centre à moyen terme.

Pourquoi rejoindre ce réseau ?

Norauto FranchiseFranchisé Norauto, naturellement

Demander une documentation Ajouter à ma sélection Voir la fiche Actu du réseau
Actualité de l'enseigne
Dernières actualités