Publi-interview franchiseur

J. Decourselle (Nicotech) : « Notre démarche est tournée vers la réussite du franchisé »

2014-06-11T08:02:00+02:00

11.06.2014, 


imprimer

Créé en 2011 à Montpellier (34), le réseau de cigarettes électroniques Nicotech est l’un des précurseurs de ce marché en France. Après avoir éprouvé son concept en propre durant trois ans, il se lance en franchise. Retour sur la stratégie de l’enseigne avec Jérôme Decourselle, directeur réseau.

Jérôme Decourselle, directeur réseau Nicotech
Crédits photo : Droits réservés

Quelle est l’originalité de votre concept ?

La réussite du réseau Nicotech repose sur quatre valeurs prioritaires inscrites dans notre charte qualité qui sont l’écoute, la confiance, l’expertise et, bien sûr, la sécurité. Concernant nos produits, d’abord, nous sélectionnons avec soin les modèles de cigarettes électroniques et les liquides afin de répondre au mieux aux attentes de nos clients. Pour cela, la tête de réseau rencontre en personne chacun de ses fournisseurs, ce qui permet d’établir une relation de confiance et d’obtenir, dans certains cas, des accords d’exclusivité. Nicotech sélectionne ses produits en fonction de trois axes : la qualité, le prix et la technique. Sur ce dernier point, nous insistons fortement au sein du réseau car le marché de la cigarette électronique évolue rapidement, avec de nombreuses innovations. Pour nous différencier de nos concurrents, il importe que Nicotech se positionne en tant qu’avant-gardiste.

Dans nos magasins, nous nous sommes entourés d’experts du design pour créer des espaces modernes et chaleureux, avec un mobilier sur mesure propice à l’accueil du client. Autant de raisons qui font que le taux de satisfaction de nos clients s’élève à 96,5 %, selon une enquête réalisée en 2013.


Quelle est la valeur ajoutée par rapport au marché ?

L’une des différences majeures de Nicotech est que parmi toutes les enseignes qui investissent le marché de la cigarette électronique, nous sommes l’un des rares réseaux à proposer la franchise, là où d’autres proposent de la licence de marque ou de la concession. Cela signifie que nous avons l’obligation d’apporter un savoir-faire et une assistance permanente à nos franchisés. Nous avons choisi de mettre tous les atouts du côté du franchisé, en lui apportant, en sus, une exclusivité territoriale et de distribution. Notre démarche est réellement tournée vers sa réussite : Nicotech ne cherche pas à multiplier les canaux de distribution à tout prix, nous nous concentrons sur la performance économique de nos magasins intégrés et franchisés. Et cela fonctionne : nos points de vente de plus d’un an réalisent entre 700 000 et 1 million d’euros de chiffre d’affaires annuel hors taxes, là où la moyenne du marché oscille autour de 250 000 euros HT par an.


Quels sont les points-clés de votre accompagnement ?

Nicotech propose à tous ses nouveaux franchisés une formation initiale de 3 semaines alliant théorie et pratique dispensée à Nîmes (30) et dans différents points de vente. Une fois que le franchisé a ouvert son magasin, nous l’accompagnons au quotidien via l’analyse de ses indicateurs de performance, afin de développer sa stratégie, son marketing et le management de ses collaborateurs. Egalement, nous lui offrons une assistance technique : en effet, une personne dédiée peut répondre à toutes ses questions techniques dans les plus brefs délais. Parallèlement à cela, nous disposons de notre propre agence de presse qui développe la notoriété de la marque.

Quel bilan faites-vous de l’année écoulée et quelles sont vos perspectives de développement ?

Pour rappel, le premier magasin Nicotech a ouvert à Montpellier (34) en 2011. Il était alors le cinquième magasin de cigarettes électroniques à ouvrir en France. Depuis, nous avons inauguré 7 points de vente en propre et avons mûrement réfléchi notre stratégie et éprouvé notre concept avant de le proposer à la franchise, en mars 2014. Notre objectif reste qualitatif : si nous pensons lancer 3 à 4 franchisés d’ici la fin de l’année, nous cherchons surtout à bien les sélectionner et les aider à réussir. Le but premier de l’enseigne est de trouver les bons emplacements et les bons candidats pour en faire de véritables ambassadeurs de la marque dans leur zone géographique. En ce qui concerne les régions d’implantation, nous sommes actuellement surtout présents dans le Sud de la France, mais nous n’avons pas de cibles prioritaires. Ce qui importe, c’est de renforcer notre présence dans des villes dynamiques d’au moins 30 000 habitants.


Quels profils recherchez-vous ?

Nous n’avons pas de profil type : un franchisé peut tout aussi bien être un commerçant qu’un salarié qui souhaite se reconvertir. Le réseau recherche surtout des personnes pour qui la satisfaction client n’est pas qu’une simple déclaration mais un objectif, des hommes et des femmes qui ont le sens du commerce.

Dernières actualités