Publi-interview franchisé

C. Pierrevelcin (Naturhouse) : « Je voulais un métier de commerçant »

2012-04-26T09:24:00+02:00

26.04.2012, 


imprimer

Avec quatre centres ouverts en quatre ans dans le Haut-Rhin (68) entre 2008 et 2012, Cyril Pierrevelcin a démontré ses compétences d’entrepreneur en optant pour la multi-franchise au sein de Naturhouse, réseau expert en rééducation alimentaire. A 31 ans, l’entrepreneur espère continuer à se développer et ainsi participer au succès de l’enseigne.

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Après avoir travaillé plus de quatre ans dans la grande distribution et avoir été cadre dans l’immobilier, j’ai fait un point sur moi-même, pour savoir où j’en étais et où je voulais aller. Fort de ce bilan et suite à une courte phase de chômage, j’ai pris la décision de devenir créateur d’entreprise. Dans ce but et en plus de mes acquis, j’ai fait une formation fiscale et juridique en gestion d’entreprise avant de me lancer.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Après ma formation, j’ai regardé ce qui se développait. J’ai songé à être consultant pour entreprises, mais je voulais un métier de commerçant. Je voulais aider les gens au plus près. Un jour, j’ai eu l’occasion d’échanger au sujet des problèmes de surpoids et cela a constitué le déclic. Par la suite, l’aide apportée par le système de la franchise m’a permis de me développer plus sereinement. C’était aussi la meilleure façon de me faire connaitre dans un réseau devenu leader sur le marché.


Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

L’enseigne Naturhouse, déjà connue en Espagne, venait d’ouvrir en France. J’y ai vu une chance d’allier mon envie de création d’entreprise à celle d’aider les gens. Le fait que la franchise soit nouvelle en France était aussi pour moi l’opportunité d’accompagner l’entreprise dans son développement et de me lancer un nouveau challenge. De plus, Naturhouse s’est positionné sur un segment inexploité, avec une méthode originale et sans concurrence sur le modèle. Pour rappel, le suivi est gratuit, tandis que les compléments alimentaires et diététiques proposés sont à la charge du client.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

J’ai appelé plusieurs franchisés Naturhouse afin d’avoir leur point de vue sur leur implantation, de comprendre le concept et de comprendre comment ils travaillaient en France par rapport à l’Espagne, notamment. Ils m’ont expliqué leur projet, leur façon de travailler. Quand j’ai parlé au franchiseur, je lui ai démontré que je pouvais apporter mon expérience dans la franchise. J’ai montré mon envie de travailler avec lui et les autres franchisés. Le but était alors de trouver la meilleure façon de travailler ensemble.

Quotidien de l’adhérent

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

Après quatre ans dans la franchise, je suis séduit par la capacité de l’enseigne à proposer régulièrement de nouveaux supports pour accompagner les clients dans leur perte de poids. En tant que franchisé, je bénéficie également de marqueurs importants au niveau des chiffres, pour savoir où j’en suis et où je vais. Entre franchisés, nous échangeons également nos idées pour performer dans la réussite de notre activité. Au-delà de cela, au quotidien, j’ai toujours essayé de me positionner en chef d’entreprise efficace et d’être le plus dynamique possible. Au bout de quatre ans et quatre structures ouvertes, je pense que nous sommes sur la bonne lancée.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie ?

Côté bénéfices, je vois mes équipes évoluer dans leur métier et cela me plait vraiment. Donner du sens à mon travail, appliquer de concert les idées de chacun dans mes centres, des idées qui sont d’ailleurs écoutées par le franchiseur, tout cela représente une véritable satisfaction. Niveau contraintes, je fais beaucoup d‘heures. Mais il est vrai que ce métier qui est devenu une passion pour moi. De plus, avec quatre centres, cela demande une implication de tous les instants. Avec Naturhouse, nous sommes dans un créneau porteur, ce qui est rassurant. Le besoin est là, la clientèle aussi et le produit est formidable.

Dernières actualités