Publi-interview adhérent

J.-C. Copsidis (Mr. Bricolage) : « L’enseigne fédère ses adhérents autour d’un projet commun »

2012-02-07T08:36:00+02:00

07.02.2012, 


imprimer

A la tête de quatre magasins de bricolage sur Paris et en région, Jean-Christophe Copsidis, 49 ans, a signé ses premiers contrats sous l’enseigne Catena, aujourd’hui devenue Mr. Bricolage. Depuis 15 ans, l’entrepreneur participe à l’évolution de l’enseigne.

Jean-Christophe Copsidis
Crédits photo : DR
Jean-Christophe Copsidis, adhérent Mr. Bricolage.

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Ingénieur en construction automobile, j’ai occupé chez Volkswagen des responsabilités au sein du service formation, puis de la direction après-vente. En dernier lieu, j’ai été responsable des relations presse, en charge du service « compétition ». J’ai vécu de trop fréquents changements de politiques, parfois antinomiques avec la stratégie à long terme de l’entreprise. J’ai quitté mes fonctions en février 1996, dans un contexte de marchés en chute, car je pensais avoir les capacités de me mettre à mon compte. Je voulais obtenir les résultats qui émaneraient de mes propres choix et de mes décisions entrepreneuriales.


Pourquoi avoir créé en groupement ?

Bien qu’issu du monde du salariat, je n’adhérais pas au système de management vertical, du haut vers la base, qui existe dans certaines franchises. J’ai donc cherché un modèle économique qui permette de conjuguer des habitudes de travail en schéma organisé, tout en restant décisionnaire.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez la tête de réseau ?

Pour différentes raisons, je n’ai pas trouvé chaussure à mon pied dans les systèmes de franchise liés au monde automobile au sens large. Je me suis alors tourné par goût personnel vers le secteur du bricolage. En 1996, Michel Tabur dirigeait la chaîne de bricolage Catena, dans un esprit de mise en commun des compétences. Un très bon relationnel s’est établi avec le service développement de Catena, et c’est avec conviction que j’ai souhaité adhérer à cette enseigne, gage de stabilité et d’actions pérennes. En 2002, l’enseigne Catena a rejoint le groupe Mr. Bricolage.


Comment avez-vous convaincu la tête de réseau ?

Je pense que mon profil était cohérent avec mon ambition de monter plusieurs points de vente. Intellectuellement capable d’assimiler rapidement de nouveaux concepts, je suis en outre arrivé à une période charnière du commerce de proximité. Alors que les candidats à la création d’un point de vente souhaitaient s’installer en couple, je voulais entreprendre seul et m’adjoindre une équipe salariée. Par ailleurs, la stratégie de Catena consistait à implanter des magasins de petite taille. Je possédais la culture du client parisien, me permettant de définir efficacement les collections. Enfin, au-delà de la surface financière indispensable, j’avais déjà prouvé, en qualité de patron de la compétition automobile, ma capacité à fournir de nombreuses heures de travail, week-end et jours fériés compris.

Quotidien de l’adhérent

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

J’ai été le premier franchisé Catena sur Paris, avec un premier magasin créé en novembre 1996, rue de l’Abbé Groult, puis avec un second point de vente ouvert en juin 2002, rue Lecourbe. A l’époque, la relation avec l’enseigne pouvait être qualifiée d’ « intuitu personae », et l’encadrement était très important. Puis, j’ai racheté en août 2011 le magasin Catena de Voves (28), que je détenais en location-gérance depuis juillet 2007. Seul, mon quatrième magasin à Cachan (94) a été créé en janvier 2010 directement sous enseigne Mr. Bricolage. L’enseigne sait parfaitement structurer son accompagnement en pré et post-ouverture, afin de garantir le succès commercial de l’adhérent. Cette expertise, accompagnée par des animateurs régionaux, porte notamment sur l’agencement du magasin, l’architecture des collections et des produits, la politique de merchandising, le contrôle de gestion, mais surtout le circuit d’approvisionnement, afin d’éviter les ruptures de stock, mais également le surstock. Compte tenu de la puissance d’achat du groupe, je peux bénéficier, à prix compétitif, d’un approvisionnement à l’unité sur certaines références, ce qui est très appréciable en magasin de proximité. Mes quatre points de vente emploient chacun un directeur de magasin, un adjoint, trois vendeurs et deux caissières. J’apprécie de pouvoir envoyer mon personnel en formation de manière régulière. Notre cotisation à ce titre est relativement élevée, mais le retour sur investissement est réel. Les nouveaux adhérents qui ne viennent pas du métier bénéficient d’une formation plus importante, modulable selon les profils, en immersion chez un confrère. En effet, la possibilité de rencontrer rapidement ses pairs pour échanger permet de progresser plus efficacement. Nous avons même une école de managers interne, à destination des salariés de l’enseigne qui souhaitent se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise !


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie d’adhérent ?

La seule contrainte que je vois n’est pas liée à l’enseigne, mais concerne l’investissement en temps nécessaire : douze à quinze heures de travail par jour, 7 jours sur 7, avec deux semaines de congés annuels. En revanche, le gros avantage réside dans l’organisation du réseau Mr. Bricolage, dans lequel on ne se sent jamais seul. J’accueille volontiers de nouveaux adhérents pour leur formation, et je participe aussi à quatre commissions initiées par le groupe. Ainsi, l’enseigne fédère ses adhérents autour d’un projet commun, et chacun sait qu’on peut s’appuyer sur des professionnels.

Dernières actualités