Franchise : le groupe MONCEAU FLEURS s’exprime sur la fin de la procédure de sauvegarde

2012-05-31T11:44:00+02:00

31.05.2012, 


imprimer

Après 6 mois d’observation, le groupe Monceau Fleurs, qui regroupe les enseignes Monceau Fleurs, Happy et Rapid’Flore, vient de sortir de la procédure de sauvegarde. Arrivé en juillet 2011, Paul Mir, le nouveau directeur général, a restructuré le groupe. Le point sur ses actions.


Les causes de la procédure de sauvegarde

« En rachetant en 2008 son principal concurrent, Rapid’Flore, notre groupe est devenu le leader français. Mais, en doublant le nombre de ses points de vente, nous avons fait face à des problèmes complexes de gestion et d’organisation des ressources humaines », explique le nouveau directeur général, Paul Mir. Issu de la grande distribution, celui-ci a déjà vécu situation semblable notamment après la fusion Carrefour-Promodès. Sa première mission a donc été de structurer le groupe Monceau Fleurs avec des méthodes modernes de distribution. Directeur associé de FTI Consulting, la société de conseil stratégique qui l'a accompagné, Guillaume Foucault estime que « le choix de la procédure de sauvegarde a été une stratégie volontaire pour renforcer le groupe. Cela nous a permis de mettre au point un business plan solide, structuré, pérenne et durablement rentable. » Le groupe remboursera l’intégralité de ses dettes (39,44 millions d’euros) ainsi que les intérêts, en étalant les versements sur 10 ans. Guillaume Foucault précise également que la majorité des créanciers ont soutenu la société dans sa démarche.


Une nouvelle structure managériale

« Nous avons opéré la fusion complète des organisations, restructuré notre outil de gestion et mis en place une politique sociale et de formation à destination de nos salariés, car ces dimensions avaient été auparavant négligées », détaille Paul Mir. Suite à la refonte de l’organigramme, un directeur de l’offre, Patrice Hournon, a été nommé pour améliorer le sourcing, la qualité et les achats. Un seul directeur du développement, Patrick Deronne, chapeaute à présent les 6 développeurs du réseau. Bruno Blaser remplace Dominique Munier, parti chez Troc.com, dans ses fonctions marketing et de gestion de réseau. « Chacun possède entre 15 et 20 ans de métier et vient du retail », commente Paul Mir au sujet de la nouvelle équipe. Cette restructuration intervient également physiquement : depuis le 2 janvier, les équipes des sites de Champlan et Flachat sont regroupées dans un nouveau siège situé à Villebon-sur-Yvette (91).


A la tête de 3 enseignes, le Groupe Monceau Fleurs totalise plus de 540 points de vente dans le monde, pour près de 10 millions de clients.

Dernières actualités