Résultat de l'enquète MICHEL SIMOND : reprise d’entreprise envisagée par les salariés

2009-07-15T11:46:00+02:00

15.07.2009, 


imprimer

Michel Simond, réseau de cabinets d’affaires spécialisé dans la cession et l’acquisition d’entreprises et de commerces, constate que les nouveaux acquéreurs sont de plus en plus souvent des non-professionnels.
Une enquête menée par CoSpirit pour le compte de Michel Simond montre que 62 % des personnes interrogées se déclarent susceptibles de reprendre une entreprise ou un commerce à court, moyen ou long terme. Se lancer dans le commerce ou la gestion d’une petite entreprise tente donc de plus en plus de Français : 26 % déclarent qu’ils auront cette démarche s’ils se retrouvent au chômage. 6 % affirment qu’ils souhaitent mener ce projet dans l’année et 17 % dans les 3 ans. Seuls 38 % des répondants affirment que ce n’est pas envisageable.
Les non-professionnels deviennent les premiers acquéreurs et représentent 64 % des personnes interrogées. Ce pourcentage connaît une évolution rapide : l’an dernier, ils n’étaient que 48 %. Cette tendance s’est largement confirmée depuis la crise. De nombreux salariés, victimes de plans sociaux, prennent la décision de changer de vie. Qu’il s’agisse de personnes seules ou de couples qui se lancent dans une activité commune, ces personnes en reconversion disposent d’une somme qui leur permet de constituer un apport pour l’achat d’une affaire. Ces acquéreurs se distinguent par une grande mobilité sur le territoire. Ce fait est aussi la conséquence de l’accélération du mouvement des transactions puisque, en moyenne, un fonds de commerce est revendu après 4 à 6 ans d’exploitation. Ainsi, les transmissions familiales sont désormais rares et concernent moins d’1 cession sur 20 dans le commerce de détail. 6 cessions sur 10 sont dues à un départ en retraite.
Si l’on prend le cas des commerces CHR (Café/Hôtel/Restaurant) et tabac/presse/loto, les 2/3 des acquéreurs ne sont pas des professionnels du secteur. En effet, les commerces les plus prisés par les acquéreurs en reconversion sont les cafés/bars/brasseries, les terminaux de cuisson (boulangeries-pâtisseries non artisanales) et les hôtels/bureaux (hôtels sans restauration).
Quant aux régions les plus recherchées par les nouveaux acquéreurs, il s’agit avant tout du Bassin Méditerranéen, de la région Rhône-Alpes et de la Bretagne.
Créé en 1991, Michel Simond compte plus de 80 cabinets.

Dernières actualités