Publi-interview franchisé

F. Specker (Low Cost CE) : « Je favorise le dynamisme social des PME »

2011-03-14T07:34:00+02:00

14.03.2011, 


imprimer

Après une carrière de 30 ans dans l’hôtellerie, Françoise Specker, 51 ans, a décidé de se lancer à son compte dans le secteur des services aux entreprises. Elle a créé une agence Low Cost CE à Waltenheim (68), afin d'offrir les avantages d’un grand comité d’entreprise à des PME.

Françoise Specker
Crédits photo : DR
Françoise Specker

Construction du projet

Ce qui vous a motivée à devenir créateur d’entreprise ?

Je suis issue du milieu de l’hôtellerie. Je connais donc bien les petites entreprises familiales. Après un BTS hôtellerie, je suis devenue gérante d’un établissement, puis j’ai travaillé comme directrice salariée dans de petites chaînes hôtelières indépendantes. J’encadrais une vingtaine de personnes. J’aimais ce travail car j’étais en contact en permanence avec la clientèle. En 2009, à 50 ans, j’ai arrêté pour des raisons personnelles. La structure dans laquelle je travaillais avait été rachetée et je ne partageais pas les valeurs de la nouvelle direction. J’ai eu envie de me lancer à mon compte car ma culture familiale m’a donné depuis toujours le goût de l’indépendance.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

A mon âge, je n’avais pas envie de tout recommencer à zéro : cultiver une image de marque, assurer la communication. Et je voulais pouvoir compter sur un appui en cas de besoin. Sans enseigne, on met des années à percer sur un marché.


Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduite chez le franchiseur ?

J’avais commencé à chercher un réseau dans un secteur autre que l’hôtellerie, pour avoir des horaires moins contraignants. J’ai été contactée par Low Cost CE via le site de l’Apec. Le concept est très novateur : il apporte une réelle réponse à un manque dans le monde de la petite entreprise au niveau social. J’ai toujours été proche de mes salariés et aurais aimé pouvoir leur apporter ce que je commercialise aujourd’hui : un outil de motivation et de reconnaissance, mais aussi la preuve d’un dynamisme social, même dans une petite structure. J’ai également apprécié l’esprit d’équipe du réseau. C’est une structure très humaine, très abordable.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Le contact avec le master-franchisé régional de Low Cost CE est tout de suite bien passé. Il connaît bien les problématiques locales. J’ai créé ma structure en un mois et demi. Nous nous sommes rencontrés en mars 2010 et j’ai enregistré ma société le 18 mai. Je suis la première franchisée du réseau.

Quotidien du franchisé

Comment avez-vous appliqué le savoir-faire de l’enseigne ?

J’ai suivi en avril une formation de 3 semaines. J’y ai appris à développer une approche commerciale, à gérer un planning. J’ai également été initiée au logiciel informatique. Dès juin, j’ai commencé à activer mes réseaux, dans les entreprises et auprès de la chambre de commerce, pour me constituer une clientèle. L’été a été plutôt calme. Je suis réellement sur le terrain depuis septembre. Il m’a fallu une période de rodage commercial. Maintenant, je fais un travail de fond, je suis en train de poser des jalons pour les mois à venir.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisée ?

Lorsque je travaillais dans l’hôtellerie, il m’arrivait de quitter l’établissement à deux heures du matin. Aujourd’hui, je reste parfois au bureau jusqu’à 22 heures, mais je me laisse la latitude de prendre une soirée avec mon mari si je le souhaite. Ma vie personnelle est donc beaucoup plus équilibrée.

Dernières actualités