Publi-interview franchiseur

C. Bas (Low Cost CE) : « Il faut mériter de rentrer chez Low Cost CE »

2012-01-13T08:42:00+02:00

13.01.2012, 


imprimer

Low Cost Ce, enseigne spécialisée dans l’offre d’avantages de comité d’entreprise dédiée aux TPE et aux PME, ne redoute pas la crise. La tête de réseau élargit son offre et durcit la sélection de ses franchisés. Explications du directeur général, Claude Bas.


Crédits photo : Droits réservés
Claude Bas, directeur général

En quoi votre concept est-il adapté au contexte économique actuel ?

Low Cost CE propose aux TPE et aux PME, les avantages d’un comité d’entreprise. A ce titre, nous contribuons à une action sociale au sein de l’entreprise avec des incidences économiques positives pour les employés et les employeurs. Cela permet de relancer l’économie. En ce sens, Low Cost CE contribue au développement durable ! Aujourd’hui, les salaires n’augmentent pas et les ménages ont moins d’argent à la fin du mois. La carte Low Cost CE permet aux salariés et aux dirigeants des entreprises clientes de profiter d’avantages à l’échelon local et national. Les bénéficiaires disposent de remises à l’achat chez le boulanger, le boucher ou le menuisier du coin mais aussi dans les centres commerciaux comme Auchan et Carrefour. Les réductions portent également sur des croisières. A titre d’exemple, une réduction de 8 % pour un séjour Costa Croisières est possible grâce à notre carte. Les remises portent également sur les tickets cinéma, l’accès au théâtre et aux salles de sport. Nous estimons à 750 euros annuels l’économie réalisée par un couple avec un enfant grâce à la carte Low Cost CE, si toutefois le bénéficiaire prend le temps de l’utiliser. Nous offrons véritablement un cadeau social à nos 1 000 entreprises clientes et à nos 20 000 titulaires de cartes.


Quelles sont les clés pour réussir dans votre secteur en tant que chef d’entreprise franchisé ?

Notre savoir-faire est lié à la formation interne que nous proposons. Nos 4 master-franchisés sont les formateurs des franchisés. La formation a lieu en 3 temps sur une durée totale de 6 semaines en alternant la théorique et la pratique, une semaine sur deux. Nous avons comme règle d’or le sens de l’organisation. Pour nous rejoindre, un franchisé doit répondre à 5 critères précis. Il doit avoir une vision à court terme pour l’avenir, posséder un savoir-faire et avoir une capacité à rebondir, être motivé, disposer d’un capital de 25 000 à 30 000 euros et avoir un véritable plan d’action l’installation de son activité. Sur ce dernier point, nous veillons à ce que nos franchisés ne travaillent pas depuis leur domicile. Il faut mériter de rentrer chez Low Cost CE. Certains de nos anciens franchisés ont reconnu leur responsabilité dans l’échec de leur mission et nous sommes extrêmement vigilants à ne pas réitérer des expériences douloureuses.

Comment voyez-vous l’évolution de votre secteur dans les prochaines années ?

Notre enseigne a de l’avenir du fait de son positionnement local, départemental et national. Je ne vois pas comment les salaires pourraient augmenter et c’est là que nous intervenons en proposant une économie aux salariés. De notre côté, nous allons créer un service spécifique VIP avec un club « les introuvables de Low Cost CE ». Nous souhaitons rendre rare, des produits existants pour rendre plus beaux les produits qui seront proposés et toujours avec des bas coûts.


Bilan de l’année écoulée pour votre enseigne et perspectives de développement ?

Après deux ans, nous espérons tripler notre clientèle et atteindre le cap des 3 000 clients et 60 000 cartes. La fidélité de nos clients dépend de notre capacité à apporter les solutions attendues même si nous n’avons pas le sentiment d’avoir des concurrents ayant notre vision des choses. Actuellement, notre réseau compte 20 franchisés et 10 master-franchisés. Nous espérons doubler le nombre des franchisés.
 

Dernières actualités