Les secteurs

Voyages : vers une fusion de TUI Travel avec sa maison mère allemande

19.01.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Le tour-opérateur britannique TUI Travel - dont la filiale française TUI France vient de présenter sa nouvelle politique de marques, visant notamment à relancer Nouvelles Frontières - a annoncé hier avoir été approché par le géant allemand du tourisme TUI AG, qui détient environ 56 % de son capital, en vue d’une fusion.

« Les administrateurs indépendants de TUI Travel ont récemment reçu une marque d’intérêt de la part de TUI AG qui pourrait ou pas aboutir à un rapprochement des deux groupes », a indiqué le groupe dans un communiqué publié « dans l’intérêt de l’information du marché » après des informations de presse et « sans le consentement de TUI AG ». Le scénario de cette éventuelle opération serait celui d’une fusion par échanges d’actions, a précisé TUI Travel tout en indiquant que « les discussions en sont à un stade très préliminaire ».

Conformément au code boursier britannique, TUI AG devra indiquer s’il fait une offre définitive ou s’il y renonce avant le 13 février à 17 heures. Cette date limite peut toutefois être prolongée sur autorisation de l’autorité britannique des fusions-acquisitions. La perspective de cette fusion, qui aurait notamment pour objectif de dégager des synergies entre les deux groupes et de simplifier la structure de TUI, plaît aux investisseurs. « Le fait que la structure de TUI soit problématique n’est un secret pour personne », a commenté Jochen Rothenbacher, analyste d’Equinet, cité par l’agence Dow Jones Newswires.

Les titres terminent en hausse

A la Bourse de Londres, l’action TUI Travel, en tête de l’indice des principales valeurs du FTSE 100 en séance, a terminé sur une progression de 3,89 %, à 292,30 pence. A Francfort, TUI AG, en tête de l’indice des valeurs moyennes MDAX, s’envolait de son côté pour terminer en hausse de 8,81 %, à 8,05 euros.

TUI Travel est né en 2007 de la fusion des activités de tourisme de TUI et du britannique First Choice. L’allemand TUI détient 56,44 % de son capital. Le tour-opérateur britannique, qui détient donc Nouvelles Frontières en France mais aussi Marmara, a annoncé en décembre un bond de 62 % de son bénéfice net à 138 millions de livres (environ 166 millions d’euros) sur l’exercice 2011-2012 achevé fin septembre.

Fragilisée depuis le printemps arabe qui avait plombé l’activité au Maghreb, sa filiale française est en revanche restée déficitaire, accusant une perte opérationnelle de 47 millions de livres, moindre toutefois que les pertes historiques de l’exercice précédent.

Le géant allemand TUI a, lui, accusé une perte nette de 15,1 millions d’euros en 2011-2012, à cause des difficultés de l’armateur Hapag-Lloyd dont il détient encore 22 % du capital, mais s’est montré prudemment optimiste pour l’an prochain.

Antoine BOUDET, Les Echos, 17/01/2013

Dernières actualités