Les secteurs

Voyages : Thomas Cook maintient à flot sa filiale française

18.11.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le voyagiste Thomas Cook France, premier réseau intégré d’agences de voyages pour la vente de produits touristiques dans l’Hexagone et l’un des principaux tour-opérateurs tricolores, devrait passer l’hiver au chaud. Selon nos informations, sa maison mère britannique a donné suffisamment d’oxygène à sa filiale française en difficulté pour lui permettre de continuer son activité, sans pour autant avoir procédé à une recapitalisation stricto sensu.

« Thomas Cook a toujours dit qu’il continuerait d’apporter son concours à sa filiale française pour qu’elle puisse poursuivre son exploitation. Mais, il ne s’agit pas d’argent frais. Ce n’est pas une recapitalisation », a indiqué aux « Echos » une porte-parole du groupe. « Thomas Cook a respecté une obligation légale en terme de niveaux des fonds propres. L’activité en France n’a pas de risque de faillite », a-t-elle ajouté, sans autre précision.

Selon certaines sources, le groupe britannique aurait couvert deux années de pertes d’exploitation de sa filiale française, ce qui correspondrait à une somme de l’ordre de 70 millions d’euros. Des assertions que Thomas Cook ne commente pas.

En revanche, le groupe confirme aux « Echos » avoir désigné, il y a plusieurs semaines, la banque d’affaires Aforge Finance pour « assister le management local dans l’exploration de diverses options » pour sa filiale française et de citer : restructuration de l’activité ; vente d’actifs ; cession en bloc ; et même, fusion.

Mais d’aucuns assurent que Thomas Cook cherche à vendre en vain sa filiale, certains actifs suscitant par ailleurs des convoitises.

La maison mère semble d’ailleurs avoir préparé sa sortie sur le plan comptable. La société holding Thomas Cook France SAS a en effet perdu 205,16 millions d’euros au terme de son exercice 2010-2011 (clôture au 30 septembre), après un déficit de 1,26 million pour 2009-2010, du fait de provisions au motif de dépréciations de titres de participation pour 205,2 millions d’euros. Les comptes 2011-2012 ne sont pas encore connus. Le groupe britannique fera une communication sur les siens le 28 novembre.

Christophe PALIERSE, Les Echos,13/11/2012

Dernières actualités