Les secteurs

Voyages : retour aux sources pour Nouvelles Frontières

17.01.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

TUI France clarifie sa politique de marques. L’enseigne créée par Jacques Maillot est recentrée sur une offre spécialisée.

TUI France est désormais « en ordre de bataille », pour reprendre la formule, hier, de son président, Pascal de Izaguirre. L’objectif du premier voyagiste français est d’avoir des comptes à l’équilibre au terme de son exercice 2013-2014.

Un peu plus d’un an après sa création avec la fusion des voyagistes Nouvelles Frontières, Marmara, Tourinter et Aventuria, et quelque six mois après la mise en place du plan social qui l’a accompagnée (- 550 postes environ sur 2012-2014), il a dévoilé le troisième grand volet découlant de sa constitution : sa structuration par marques, avec pour élément saillant la relance de Nouvelles Frontières.

Contrôlé par le géant germano-britannique TUI Travel, le numéro un français du « tour operating » - avec un chiffre d’affaires de 1,08 milliard d’euros et une part de marché de 28 % en 2011-2012 - veut redonner ses lettres de noblesse à cet acteur emblématique du tourisme français, créé en 1967 par Jacques Maillot.

Nouvelles Frontières fait l’objet d’un repositionnement en « marque 100 % spécialiste » combinant circuits, randonnées, voyages à la carte. Sa nouvelle offre hôtelière thématique, développée par TUI Travel, se compose des établissements Sensatori ( « pour stimuler les cinq sens ») et Sensimar ( « une ambiance zen pour adultes »), en attendant des Viverde (une gamme tournée vers la nature) et World White (une hôtellerie branchée) en 2014.

Nouvelle signature

La relance de cette marque emblématique, appuyée d’une nouvelle signature ( « à vous de fixer les frontières ») et d’une importante campagne publicitaire, doit doper le pôle spécialiste de TUI France, qui s’appuie aussi sur Aventuria (voyage sur mesure) et Passion des Iles by Tourinter. Il doit générer, d’ici à trois ans, un tiers de l’activité du groupe, contre 23 % en 2011-2012, prévoit Pascal de Izaguirre.

Par ailleurs, TUI France « restera très agressif sur les prix » avec Marmara, désormais « seule marque généraliste » du groupe. Numéro un sur son marché des hôtels-clubs - avec une part de 33 % - il devrait être d’autant plus percutant sur son segment qu’il est débarrassé de la concurrence, et recentré sur l’Europe et la Méditerranée. En outre, il voit son offre enrichie, à partir de cette année, par SplashWorld, une gamme d’établissements avec un parc aquatique intégré.

Face à la montée en puissance du canal Internet et des vacances directement organisées par le consommateur, « il faut travailler le contenu pour se différencier d’une offre pléthorique », martèle Pascal de Izaguirre. La quête de la rentabilité sur un marché étroit et déstabilisé par le « printemps arabe » et la crise économique passe aussi par un ajustement des capacités. A ce stade, TUI France enregistre un recul de 15 % de ses réservations pour la saison d’hiver, sachant que le groupe a réduit ses capacités de 40 % !

Enfin, élément clef de sa stratégie : la distribution multicanale. Outre l’arrêt de l’ouverture d’agences (au nombre de 310) et l’accent porté au Net, elle passe aussi par la commercialisation de Nouvelles Frontières dans des réseaux tiers.

Christophe PALIERSE, Les Echos, 16/01/2013

Dernières actualités