Les secteurs

Vêtements d'enfants : Clayeux va muscler ses fonds propres

06.04.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

L'inventeur de la layette sort d'un redressement judiciaire et reprend sa cotation en Bourse avec une stratégie privilégiant les vêtements haut de gamme en maille et l'ouverture de points de vente en Asie du Sud-Est, au Moyen-Orient et en Russie.


Clayeux tente de rebondir. Le spécialiste des vêtements pour enfants jusqu'à 12 ans est sorti début janvier d'un redressement judiciaire de dix-huit mois. Le plan de continuation défendu par la famille fondatrice, les Clayeux, a été validé. L'entreprise implantée à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) retrouve à présent le chemin de la Bourse.

 « Au sortir du redressement, nous avions demandé la suspension de la cotation jusqu'au 19 mars pour éviter toute fluctuation incontrôlée du cours », précise Gilles Clayeux, le président du directoire, qui représente la deuxième génération aux commandes. Ce retour en Bourse, où l'entreprise est cotée depuis 1985, doit lui permettre de renforcer ses fonds propres. L'assemblée générale vient de donner son feu vert au lancement d'une augmentation de capital qui pourrait aller jusqu'à 5 millions d'euros.

Au point de vue opérationnel, l'entreprise de 140 personnes tire les leçons des difficultés passées, qui ont entraîné un plan social touchant 60 personnes. Elle se recentre sur des vêtements en maille, sa marque de fabrique, et privilégie des collections haut de gamme.  « Nous complétons toutefois notre offre avec, toujours pour les enfants, des bijoux, de la maroquinerie, de la puériculture et des produits d'hygiène », indique le dirigeant.

L'entreprise, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 8 millions d'euros pour son exercice clos au 31 mars 2009, entend aussi étendre hors d'Europe son réseau de distribution. Celui-ci compte environ 150 boutiques dans le monde, dont 20 en France.


30 boutiques prévues en Chine


 « Le marché italien, où nous étions montés à 200 points de vente et qui représentait jusqu'à 60 % de l'activité du groupe, nous a plombés en raison d'une forte concentration de la distribution et de délais de règlement trop longs », explique Gilles Clayeux. Ne voulant pas placer tous ses oeufs dans le même panier, l'entreprise entend séduire des consommateurs sur des marchés plus lointains. Pas moins de 30 boutiques devraient ouvrir à terme en Chine. Des négociations sont aussi en cours en Russie, en Corée du Sud, au Vietnam, au Maghreb et au Moyen-Orient. Clayeux vend aussi depuis peu sur Internet avec déjà des résultats jugés probants.

Les trois premiers trimestres de l'exercice en cours montrent une progression de 17 % du chiffre d'affaires, en partie liée aux premiers effets du recentrage.

 « Le ‘'made in France'' représente notre meilleur atout, car il est un gage de qualité, assure le président du directoire. C'est pourquoi nous poursuivrons nos efforts en R&D à hauteur de 1 million d'euros d'investissement par an. »


Didier Hugue, Les Echos, 02.04.2010

Dernières actualités