Les secteurs

TUI Travel affiche des résultats record en dépit des pertes de sa filiale française

10.12.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe germano-britannique enregistre un profit de 138 millions pour 2011-2012. Sa filiale française pèse sur ses résultats.

Entre les deux géants européens du tourisme, il n’y a plus de match… au moins dans l’immédiat. Cinq ans après leur création respective, TUI Travel, le numéro un du secteur, bat par KO son principal concurrent, Thomas Cook Group.

Le premier, né du rapprochement en 2007 du pôle tourisme de l’allemand TUI AG et du britannique First Choice, a dévoilé hier des résultats record au titre de son exercice 2011-2012, clos au 30 septembre. Le second, issu d’un autre mariage germano-britannique, entre Thomas Cook et MyTravel. a annoncé il y a moins d’une semaine une - nouvelle - perte astronomique de 590 millions de livres pour la même période. Toujours contrôlé par TUI AG, TUI Travel, bénéficiaire depuis son exercice 2010-2011, affiche lui un profit net part du groupe de 138 millions de livres (170 millions d’euros environ), en hausse de 62,3 %, pour un total de revenus de 14,46 milliards, en retrait de 2 %. Au passage, la société enregistre un résultat d’exploitation record de 490 millions de livres, en progression de 4 %.

TUI Travel aurait même pu faire mieux sans les pertes de TUI France, l’entité réunissant depuis le 1 er janvier dernier les groupes Nouvelles Frontières, Marmara, et les petits voyagistes tricolores Tourinter et Aventuria.

Perte de clientèle

Le déficit opérationnel de TUI France s’élève à 47 millions de livres (près de 58 millions d’euros), en diminution de 11 %, pour un chiffre d’affaires de 1,26 milliard de livres, en retrait de 7 %, le nombre de clients ayant fléchi de 5 %, à 1,95 million. La perte d’exploitation constatée au titre des activités de tour-opérateur s’est réduite de 26 %, à - 32 millions de livres, mais a crû de 50 % pour l’aérien (Corsair), à - 15 millions. En outre, la France pèse pour moitié dans les coûts de restructuration constatés par TUI Travel, soit 66 millions sur un total de 102 millions de livres.

Si sa phase de restructuration est désormais terminée, avec l’achèvement du processus de fusion et la mise en oeuvre de son plan social (près de 500 départs volontaires), TUI France n’est cependant pas au bout de ses peines. La reprise de son marché se fait en effet attendre. Alors que TUI Travel enregistre, à date, une hausse généralisée de ses réservations pour la saison d’hiver 2012-2013, son pôle tricolore fait exception à la règle avec une baisse de ses ventes de 22 % (chiffre d’affaires enregistré), le repli étant de 28 % en nombre de clients. Seule bonne nouvelle pour TUI France, ce fléchissement des réservations est conforme à ses attentes et reste en deçà de la réduction de ses capacités (- 34 % ). Le voyagiste a sensiblement réduit la voilure sur l’Egypte et d’autres destinations long-courriers.

Si son marché décroche, au regard de la situation ailleurs en Europe - hors Europe du sud, mais qui compte peu pour TUI Travel -, TUI France n’a cependant pas encore pu tirer parti de sa réorganisation, des efforts d’amélioration de sa rentabilité, et du travail sur ses marques. En la matière, l’heure est en effet à la clarification entre sa marque Nouvelles Frontières, recentrée sur les circuits et les séjours à la carte, et Marmara, celle pour les forfaits clubs « préfabriqués ».

Christophe PALIERSE, Les Echos, 05/12/2012

Dernières actualités