Les secteurs

Travaux et habitat : Trécobat se lance dans l'ossature bois

28.11.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Face à un marché de la maison individuelle en souffrance, le groupe Trécobat, premier constructeur de maisons individuelles en Bretagne, se lance dans l'ossature bois.

Les chiffres sont sans appel. En Bretagne, les ventes de maisons individuelles ont reculé de 30 %  au cours des derniers mois. « C'est une baisse encore jamais atteinte », se désole Alban Boyé, le directeur général du groupe Trécobat, qui fait état de 1 000 maisons vendues et construites chaque année par ses équipes. Pour surmonter la crise, il se diversifie dans le créneau des maisons à ossature bois, où la demande reste positive. Via sa nouvelle filiale Primobois, il développe un tout nouveau concept de maisons livrées en clos couvert isolé. Les aménagements intérieurs (cloisons, électricité, plomberie…) sont livrés en kit et les montages effectués par l'acheteur avec le soutien technique des équipes de Primobois si nécessaire.

Mise en place d'un réseau de distributeurs

Ce concept permet à l'acquéreur de « gagner 15 % par rapport au prix classique d'un pavillon », insiste Alban Boyé, qui aborde un créneau déjà occupé depuis de nombreuses années par Mikit, principalement pour les maisons en matériaux traditionnels. Un réseau composé d'une trentaine de distributeurs exclusifs, qui achèteront un contrat de licence, se met en place sous l'enseigne Primobois. L'objectif du groupe est d'atteindre un total de vente, d'ici à trois ou quatre ans, de 300 à 400 maisons à ossature bois par exercice, pour un coût unitaire de l'ordre de 100 000 euros, terrain non compris. Trécobat, qui a réalisé en 2013 un total de 114,4 millions d'euros de chiffre d'affaires, se sent d'autant mieux préparé à réussir dans ce nouveau créneau qu'il fabrique lui-même les panneaux en bois dans sa menuiserie située à son siège social de Lannilis, dans le Finistère. Sa capacité est actuellement de 55 000 mètres carrés par an et « nous pourrons aisément doubler les équipes », dit encore Alban Boyé. Une enveloppe de 4 millions a été investie l'an passé dans la modernisation de cette usine. Elle permet également à Trécobat d'aborder un autre créneau moins marqué par la crise : celui de la rénovation des logements et bâtiments grâce à des façades en bois.

Stanislas DU GUERNY, Les Echos, 26/11/2013

Dernières actualités