Les secteurs

Travaux et habitat : les négociants constatent une nouvelle dégradation du BTP

03.12.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

La fédération des négociants en matériaux de construction prévoit une baisse de 5 % du négoce cette année et pas mieux en 2014.

Chez les négociants en matériaux de construction, les commandes se raréfient. « Nous assistons à un retournement de tendance, avec une nouvelle dégradation de l'activité de nos clients depuis mi-octobre, commente Géraud Spire, président de la fédération du négoce du bois et des matériaux de construction (FNBM). Le rebond enregistré à la fin du printemps et cet été n'a pas duré. » Le secteur, qui représente un chiffre d'affaires de 19 milliards d'euros, « devrait finir l'année sur un recul d'activité de 4,5 % à 5 % , après un recul de 3,5 % en 2012, poursuit-il. C'est nettement moins bon que ce à quoi nous nous attendions au début de l'année et 2014 ne devrait pas être meilleur ». La chute avait commencé en 2009 (- 11,5 %, suivie de - 1,5 % en 2010). Le rebond de 7 % en 2011 n'était donc qu'un feu de paille.

Progression de l'activité des loueurs

Il existe un signal incitant certains à l'optimisme. « Les demandes de crédits à la consommation se redressent, note Philippe Gruat, directeur général adjoint de Saint-Gobain Distribution. Compte tenu du délai d'obtention des prêts, cela devrait se traduire par une reprise de la demande de travaux de rénovation d'ici à six mois. » Par ailleurs, selon la fédération des distributeurs, loueurs et réparateurs de matériel de BTP (la DLR), au troisième trimestre l'activité des distributeurs a été stable et si celle des manutentionnaires a continué à baisser (- 4 % ), celle des loueurs poursuit sa progression (+ 5 % ). Près d'un loueur sur quatre dit vouloir recruter un ou plusieurs salariés au cours du quatrième trimestre 2013. « L'activité des secteurs clients devrait être à la hausse dans les prochains mois », estime DLR, qui prévoit, elle, une éclaircie dans le BTP.

« Quand on n'investit plus dans le matériel on loue, la croissance des loueurs n'est pas une croissance du BTP ! », rétorque le président de la Fédération française du bâtiment (FFB), Didier Ridoret. La plupart des négociants se rangent à l'avis de la FFB et sont pessimistes. Ils observent avec inquiétude la poursuite de la baisse des mises en chantier. « Elle se répercute six à huit mois plus tard sur le négoce de produits d'aménagement intérieur, le creux des mises en chantier début 2013 commence donc à se faire sentir à notre niveau maintenant, commente le directeur général de Placoplâtre, Thierry Dufour. Nous devrions toucher le fond au deuxième trimestre 2014, avec au total sur l'année prochaine un recul de 2 % à 3 % dont -5 % sur les logements neufs, et 0 % dans la rénovation et l'immobilier tertiaire neuf ».


Délai de paiement

Avec la crise, les négociants et leurs clients constructeurs ne se font pas de cadeau. La FFB avait obtenu que le projet de loi sur la consommation de Benoît Hamon porte le délai de paiement des fournisseurs de 45 à 60 jours, pour sauver les entreprises de BTP asphyxiées par les problèmes de trésorerie. Les négociants ont convaincu les parlementaires de rétablir les 45 jours, et un amendement dans ce sens a été approuvé jeudi 21 novembre par la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale (le vote en deuxième lecture du projet de loi est prévu le 9 décembre). La survie de beaucoup de TPE-PME est en jeu et les deux secteurs l'avouent en aparté : en ce moment, ils sont à couteaux tirés.

Myriam CHAUVOT, Les Echos, 28/11/2013

Dernières actualités