Les secteurs

Tourisme : septembre devrait corriger les effets d'une saison morose

06.09.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le volume des nuitées a reculé de 1,6 % en juillet-août, selon le bilan provisoire du ministère du Tourisme, le recul étant de 7,1 % en juillet. Après un mois d’août positif, septembre s’annonce, à son tour, porteur au regard des données de certains exploitants d’hébergements en dur.

Mitigée et contrastée : le bilan provisoire de la saison estivale qu’a publié en fin de semaine dernière le ministère du Tourisme confirme que l’été 2012 ne restera pas dans les annales, dans un contexte, il est vrai, défavorable avec une conjoncture économique déprimée et une météo pluvieuse et/ou froide en juillet pour une bonne partie de la France.

Le volume de nuitées - tous types d’hébergements confondus - a ainsi globalement fléchi de 1,6 % sur la période juillet-août en France, sachant que le mois d’août a, pour partie, compensé juillet avec une progression de 2,4 % - par rapport à août 2011 - après une baisse de 7,1 % en juillet. En outre, la tendance aurait été autrement plus marquée sans une fréquentation étrangère solide, du fait de l’afflux de certaines clientèles européennes - en particulier les Allemands - ou lointaines - Nord-Américains, Japonais de retour - avec une hausse de 2,2 % pour les deux mois.

A contrario, le volume des nuitées pour les seuls Français a simultanément diminué de 2,8 %, compte tenu d’une chute de 11,5 % en juillet, légèrement contrebalancée par une croissance de 3 % en août. Cette évolution pour le moins contrastée est observée quel que soit le type d’hébergement, marchand ou non, à l’exception notable de l’hôtellerie. Cette dernière a en effet été affectée par une évolution négative pour les deux mois, avec notamment un recul de 3,4 % en août.

Contrastes régionaux

Cela étant, la baisse de fréquentation des Français a d’une manière générale surtout frappé les hébergements marchands avec une diminution de l’activité de 4,3 % sur les deux mois (-15,4 % en juillet !), avec pour corollaire un recours renforcé au secteur non marchand (résidence secondaire, logement dans la famille...). Ce phénomène est également observé du côté de la clientèle étrangère.

Le bilan provisoire du ministère du Tourisme corrobore par ailleurs les contrastes régionaux constatés pour juillet, en particulier entre le sud-est de la France, plus que jamais couru, et le Nord-Nord-Ouest, sujet à une désaffection des touristes.

Pour autant, cette médiocre voire mauvaise saison estivale est loin d’être achevée, en particulier pour les exploitants d’hébergements en dur. Après un mois d’août positif, l’arrière-saison reste en effet un gisement précieux d’activité, avec notamment sa clientèle de seniors et de groupes, moins adepte de la réservation de dernière minute. Septembre s’annonce d’ailleurs porteur, selon les indications recueillies par « Les Echos » auprès de certains opérateurs.

L’exploitant de mobile homes Homair Vacances fait ainsi état d’une croissance de 20 % des ventes de nuitées à parc comparable. De son côté, Pierre & Vacances enregistre, à date, des réservations « supérieures à leur niveau de 2011 » et table sur une activité « stable » pour le quatrième trimestre de son exercice 2011-2012, soit pour la période juillet-septembre. De même, son concurrent Odalys constate « une tendance supérieure en septembre par rapport à septembre 2011 », après une séquence juillet-août « contrastée selon les mois et les régions ». Le tube de l’été...

Christophe PALIERSE, Les Echos, 03/09/2012

Dernières actualités