Les secteurs

Tourisme : comment la crise bouscule le secteur

21.09.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Les professionnels du voyage se retrouvent cette semaine à Paris, à l’occasion du Salon Top Resa. Ils ne sauraient se satisfaire du sursaut de dernière minute qui a sauvé leur saison d’été. Les incertitudes macroéconomiques et les risques géopolitiques pèsent plus que jamais.

Le Salon des professionnels du voyage International French Travel Market Top Resa a ouvert le 18 septembre ses portes à Paris sur une petite et fragile note de satisfaction : le secteur, sévèrement affecté depuis début 2011 par les incidences du printemps arabe et de la dégradation de la conjoncture économique, a bénéficié cet été d’un sursaut du fait d’importantes ventes de dernière minute. Le phénomène s’est même amplifié de manière inouïe.


Suppressions d’emplois

Un rebond particulièrement salutaire pour les tour-opérateurs, sous pression depuis plus d’un an. TUI France, le premier d’entre eux avec ses marques Nouvelles Frontières, Marmara, Tourinter et Aventuria, fait ainsi état d’une « très bonne activité en juillet et surtout en août, avec une bonne tenue des prix ». Le groupe n’en a pas moins supprimé 484 postes dans ses activités de voyagiste et de distributeur. FRAM, qui a, lui, annoncé cet été un plan social, avec la suppression d’environ 70 emplois, se déclare « légèrement positif en ventes et en départs par rapport à juillet-août 2011 ».

Du côté des distributeurs, les spécialistes du discount et les sites Internet ont tiré leur épingle du jeu. E.Leclerc Voyages, le premier réseau d’agences de voyages relevant de la grande distribution (181 points de vente) et un poids lourd du secteur, parle ainsi d’un été « exceptionnel », avec, pour la période juin - juillet-août une hausse de 14,5 % des départs et une progression de 16,8 % des réservations.

Les agences de voyages en ligne se frottent également les mains. Lastminute.com affiche ainsi « une croissance à deux chiffres », affirme son patron opérationnel Europe et France, Laurent Curutchet. L’agence de voyages en ligne Opodo annonce, de son côté, une hausse de 16 % du nombre des départs.

Côté destinations, les professionnels notent le retour en grâce de la Tunisie, lieu de vacances à petits prix, tout comme le succès de la Sardaigne ou de l’Amérique du Nord. Ils relèvent, a contrario, le manque d’attrait de la Turquie ou la désaffection qui a frappé, cet été, la Grèce continentale. L’Egypte reste, quant à elle, une destination sinistrée.


Flexibilité et réactivité

La crise, qui n’en finit pas (le printemps arabe a torpillé, début 2011, un redémarrage du secteur), accentue les différences entre les modèles économiques et impose des révisions dratiques pour certaines entreprises. « Mieux vaut être distributeur que tour-opérateur », résume ainsi le patron de Lastminute.com. « Plus le marché est difficile, plus les fournisseurs nous ouvrent leurs stocks », poursuit-il.

En outre, la désintermédiation et le « dépackaging » pèsent toujours plus lourd. En clair, le consommateur tend toujours plus à faire son marché sur Internet et à contourner l’agent de voyages traditionnel et/ou le tour-opérateur en achetant directement son voyage sur la Toile, voire en le concevant lui-même. Résultat, bien des tour-opérateurs bouclent leur année commerciale 2011-2012 sur un bilan médiocre voire mauvais, sachant qu’ils ont réduit leurs capacités aériennes et hôtelières. TUI France enregistre ainsi une « légère érosion » de son chiffre d’affaires en cumul sur neuf mois, tandis que FRAM parle d’une activité en « retard de 5 %  ». Mais, chez les voyagistes aussi, tout est question de positionnement. Le long-courrier et le haut de gamme résistent quand ils ne font pas preuve d’une belle vitalité.

Pour le PDG de TUI France, Pascal de Izaguirre, néanmoins « la rentrée s’annonce plus difficile ». Selon lui, « une des clefs de la réussite sera la réactivité face au manque de visibilité sur l’hiver et la capacité à proposer des produits différenciés, flexibles et nouveaux ». Un sacré plan de vol !


Christophe PALIERSE, Les Echos, le 18/09/2012

Dernières actualités