Les secteurs

Total présente ses nouvelles ambitions dans les stations-service

27.09.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Total table sur un doublement du cash-flow disponible généré par ses activités marketing et services d’ici à 2017.

A contre-courant de certaines majors anglo-saxonnes comme Chevron ou BP, qui se retirent de la distribution de carburants, Total choisit de se renforcer dans le secteur. Coup sur coup, le groupe vient d’annoncer deux acquisitions importantes, en Egypte et au Pakistan, où il va racheter les réseaux de Chevron et porter ses parts de marché respectives à 15 % et 17 % . « Le tout pour un investissement de quelques dizaines de millions de dollars », précise Philippe Boisseau, directeur général marketing et services de la compagnie, dans un entretien aux « Echos ».

Des opérations en droite ligne avec la stratégie du groupe, qui cherche à acquérir une taille critique partout où il le peut (soit une part de marché supérieure à 13 % ) dans les 130 pays où il détient un réseau de distribution. « Notre objectif est de doubler le cash-flow disponible généré par l’activité marketing et services, en le portant de 500 millions de dollars en 2012 à 1 milliard en 2017 », indique Philippe Boisseau. Pour cela, le groupe compte augmenter sensiblement ses investissements dits « organiques » (hors acquisitions), dans les stations services, les stockages ou encore les usines de lubrifiants, et les porter de 1 milliard de dollars en 2012 à 1,6-1,7 milliards en 2013 et 2014.

Afrique et Moyen-Orient en ligne de mire

L’Europe ne sera pas négligée - en particulier la France et l’Allemagne -, mais 80 % de ces investissements seront consacrés aux pays émergents. « Les ventes de produits pétroliers vont progresser de 25 % entre 2010 et 2020 dans les pays hors OCDE et la croissance atteindra même 40 % pour les lubrifiants », poursuit Philippe Boisseau.

Total vise notamment l’Afrique et le Moyen-Orient, où il détient déjà une part de marché moyenne de 13 % (dans les pays où il opère), avec 4.400 stations services, détenant des réseaux importants en Afrique du Sud, en Turquie, au Nigeria, au Kenya et au Maroc. Objectif : passer à 5.400 stations en 2017, dont une centaine par croissance externe. En 2017, l’Europe ne devrait plus générer que 30 % des capitaux employés par l’activité, contre 50 % aujourd’hui.

Total compte aussi sur sa position de leader dans un certain nombre de pays pour renforcer sa position sans mobiliser de capitaux, grâce à des franchises par exemple. « Dans les pays où notre marque est déjà connue, les gens viennent à nous, c’est un atout par rapport à la concurrence », indique Philippe Boisseau. Le développement de services à forte valeur ajoutée, le doublement du budget de R&D et la promotion contribueront aussi à accroître la rentabilité de la branche. L’effort porté sur les investissements devrait sensiblement réduire la rentabilité des capitaux employés en 2013 et 2014 : celle-ci devrait retrouver un niveau supérieur à 17 % dès 2017. Elle était de 18 % en 2012.

Anne FEITZ, Les Echos, 24/09/2013

Dernières actualités