Les secteurs

Tetra Pak lance les briques « vertes » avec Carrefour

31.03.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

A la veille de la semaine du développement durable, Carrefour et Tetra Park annoncent aujourd'hui la mise sur le marché, dès le mois d'avril, des premières briques alimentaires certifiées FSC (Forest Stewardship Council), pour le lait et les jus de fruits. Objectif : en écouler 100 millions d'ici à la fin de l'année.

C'est une première en France en matière d'emballage de liquides alimentaires. A partir du mois d'avril, les consommateurs du lait de montagne de la marque Carrefour achèteront les toutes premières briques certifiées par le Forest Stewardship Council. Sans même s'en apercevoir, s'ils ne sont pas assez observateurs pour remarquer le logo FSC arboré par leur emballage habituel qui reste, par ailleurs, identique. Invisible à l'oeil nu, la différence se niche au niveau de la matière première essentielle, le carton, qui pèse 75 % de la composition d'un emballage Tetra Pak. En quoi est-il plus vert ? « La présence de cette certification garantit à l'acheteur du produit qu'il est issu de forêts bien gérées, respectant le plus haut niveau d'exigence sociale et environnementale », explique Stéphane Guéneau, président de Forest Stewardship Council France.


A prix constant

Pour le consommateur, cette labellisation n'aura aucune incidence sur le prix. Un choix stratégique pour Tetra Pak, qui a décidé d'absorber le surcoût pour un déploiement plus rapide :« Nous nous sommes donné deux ans avec Carrefour et le WWF pour imprimer la notion de la certification FSC dans la conscience des consommateurs », explique Patrick de Noray, directeur environnement de Tetra Pak France. En effet, jusqu'à la substitution complète de toutes les briques classiques, prévue pour 2012, la seule usine française du groupe suédois, basée à Dijon et certifiée FSC depuis le 24 novembre dernier, devra gérer deux chaînes d'approvisonnement distinctes pour le carton. « Pour ce faire, le processus de traçabilité que nous avons mis en place pour obtenir la certification FSC doit être irréprochable », ajoute Patrick de Noray.

Car, pour qu'un produit fini puisse arborer ce label, il faut non seulement que la forêt d'origine de la matière première soit certifiée, mais également toutes les entreprises de transformation et de commercialisation intervenant sur toute la chaîne jusqu'au consommateur final. Pour l'instant, le facteur limitant le déploiement du label FSC en France est la faible superficie forestière certifiée : à peine 16 800 hectares sur un total de 15 millions d'hectares.

Un prix identique est la condition sine qua non pour écouler les quelque 100 millions de litres de lait et de jus de fruits que le groupe Carrefour va mettre dans les linéaires de tous ses points de vente en France d'ici à fin 2010. « L'objectif est d'atteindre 134 millions de briques certifiées en 2011 sur les 216 millions d'emballages Tetra Pak que nous vendons chaque année sous notre marque de distributeur. Naturellement, le but ultime est de parvenir à une substitution de 100 %  », explique Hervé Gomichon, directeur qualité du groupe Carrefour. « Ce projet nous permet de décliner cette certification sur un dérivé du bois, le carton. C'est une innovation, car ce label est porté pour la première fois par un emballage de produits alimentaires », souligne-t-il.

Du côté de Carrefour, cette opération s'inscrit dans un engagement auprès du WWF amorcé en 1998, dans le but d'apporter sa pierre à la préservation des forêts. « Il se reflète déjà dans notre politique d'achat de produits en bois, même exotiques, comme le mobilier de jardin, ou dans les papiers utilisés pour nos prospectus, qui sont certifiés FSC et dont le grammage est réduit », explique Véronique Discours-Buhot, responsable du développement durable de Carrefour.


Le plastique fait de la résistance

Mais la motivation de Tetra Pak France, engagé lui aussi de longue date avec le WWF, dépasse la seule volonté de pousser à l'extrême le caractère renouvelable de sa fameuse brique :« Depuis quelques années, nous déployons une vraie stratégie de reconquête du marché de l'emballage alimentaire, car, en France, le plastique a grignoté des parts de marché depuis quinze ans », explique Anna Thrap-Olsen, directrice du business développement de Tetra Pak France. Une motivation confortée par le résultat surprenant de l'analyse du cycle de vie (ACV) de son emballage, que le groupe a confié en 2008 au cabinet d'expertise Bio Intelligence Service. « Le résultat fut un choc, car tout le monde croyait que le verre était le plus vertueux pour l'environnement », souligne-t-elle. Pour un litre de lait, c'est la brique alimentaire qui, avec 83 g de CO2, possède l'empreinte écologique la plus faible en termes d'émissions de gaz à effet de serre, par rapport à la bouteille en plastique (143 g) et en verre (345 g). Des chiffres qu'une contre-expertise indépendante a confirmés.

Cet argument de poids, Tetra Pak l'a fait valoir pour convaincre des marques alimentaires d'essayer ou de revenir vers l'emballage en carton. Si Carrefour est la première enseigne à l'avoir suivi dans ce pari écologique, Tetra Pak devra séduire rapidement d'autres acteurs de la grande distribution pour atteindre son objectif : écouler 2,7 milliards de briques alimentaires estampillées FSC sur le marché français à l'horizon 2012.

Chantal Houzelle, Les Echos, 31.03.2010

Dernières actualités