Steinhoff, la maison mère de Conforama, en pleine tourmente

2017-12-09T09:00:00+02:00

09.12.2017, 


imprimer

Son titre a chuté de près de 60 % après la démission de son président du directoire, Markus Jooste, sur fonds d’irrégularités comptables.

Le holding Steinhoff International, maison mère de Conforama, se retrouve pris en pleine tourmente. Le 6 décembre au matin, le titre du propriétaire de la multinationale du meuble sud-africaine Steinhoff (coté à titre principal en Allemagne où il a ses racines) a dévissé de près de 60 % à la Bourse de Francfort, après l’annonce de la démission de son président du directoire. Ce après l’ouverture d’une enquête, en Allemagne, concernant des irrégularités comptables au sein du groupe et un gonflement artificiel du chiffre d’affaires, ont annoncé plusieurs médias. « De nouvelles informations sont apparues sur des irrégularités comptables qui nécessitent davantage d’enquêtes », a indiqué Steinhoff dans un communiqué, relayé par l’AFP.


« Faire preuve de prudence »

« Markus Jooste, le PDG de Steinhoff, a aujourd’hui remis sa démission avec effet immédiat et le conseil d’administration l’a acceptée », précise le texte. Le président du conseil de surveillance, Christo Wiese, assurera l’intérim en attendant de trouver un successeur à Markus Jooste.

« Le conseil d’administration tient à assurer aux actionnaires que Steinhoff possède un nombre d’entreprises profitables dans le monde » et les engage « à faire preuve de prudence » s’ils décident de vendre leurs actions, indique encore le communiqué. Un appel qui n’a pas empêché ce mouvement de panique en Bourse.


Conforama racheté en 2011

Steinhoff, qui emploie plus de 105 000 personnes dans le monde, avait racheté l’enseigne Conforama au groupe Kering (ex-PPR) en 2011. Il possède d’autres enseignes d’ameublement en Europe comme la chaîne britannique Poundland. En Afrique du Sud, il avait engagé l’an dernier des négociations avec Shoprite - l’un des leaders de la distribution alimentaire - pour créer un champion de la distribution.

Les Echos, le 06/12/2017

Dernières actualités